Congrès du PS

26 mars 2011 13:21; Act: 26.03.2011 17:10 Print

Levrat veut une Suisse «moderne»

«Allons-nous tolérer qu'on nous impose une Suisse frileuse, craintive, égoïste?» s'est interrogé samedi M. Levrat devant les délégués réunis à Zurich.

storybild

Christian Levrat a vertement critiqué la conseillère fédérale Doris Leuthard, qui s'exprime en faveur des centrales nucléaires samedi dans la presse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Slogan, publicités et une plateforme électorale de 10 points adoptée par les délégués du parti: les socialistes sont fins prêts pour aborder les élections fédérales d'octobre. Réuni en congrès extraordinaire samedi à Zurich, le PS a accordé ses violons pour la campagne.

La plateforme se veut concrète et proche des préoccupations des élécteurs. Tous les points sont socio-économiques et dans la lignée des positions récemment défendues par le parti.

En tête, la sortie du nucléaire au profit des énergies renouvelables que le PS compte concrétiser avec le prochain dépôt de l'initiative «Cleantech». Les socialistes ont par ailleurs réaffirmé leur position anti-nucléaire en votant pour une résolution demandant un plan pour l'arrêt des cinq réacteurs atomiques suisses.

Initiative bientôt déposée

Les socialistes demandent également l'interdiciton de construire de nouvelles centrales. Le PS a lancé début 2010 l'initiative populaire «Cleantech: De nouveaux emplois grâce aux énergies renouvelables». Le texte demande qu'à partir de 2030, le courant vert couvre la moitié des besoins énergétiques en Suisse.

Près de 94'000 signatures ont déjà été récoltées, a indiqué le parti samedi. Il espère pouvoir la déposer le plus rapidement possible.

Dans ce contexte, la conseillère fédérale en charge de l'énergie Doris Leuthard a été vertement critiquée pour ses propos pro- nucléaires dans la presse de samedi. «Doris Leuthard fait depuis des années partie du problème», a lancé le président du PS Christian Levrat.

Autre sujet de campagne important pour le PS: des logements abordables pour tous. Le thème a été abordé à plusieurs reprises à Zurich, qui est en prise aux spéculations.

Une caisse maladie publique ou un salaire minimum, qui sont tous deux l'objet d'initiatives populaires, font également partie de la plateforme socialiste. Tout comme une école publique à horaire continu et une formation continue accessible à tous, notamment.

JUSO désavoués

Un programme de parti en 10 points, proposé par les Jeunes socialistes, a été rejeté à une grande majorité. A leur avis, le parti avait besoin d'un programme sur le long terme plutôt que d'une simple plateforme électorale «qui peut changer selon la direction du vent».

Le dernier congrès du PS, tenu fin octobre à Lausanne, s'est également invité à Zurich. Les délégués avaient adopté une ligne du parti promouvant l'abolition de l'armée ainsi que le dépassement des valeurs capitalistes. La feuille de route avait fait de nombreux remous.

«Pour tous, sans privilèges»

Devant les quelque 670 délégués réunis à Zurich, Christian Levrat a souligné que l'heure n'était pas au discussions internes, malgré les demandes de plusieurs sections. L'heure est à la campagne, a-t- il dit.

Dans cet esprit, le président du PS a fait la part belle à une Suisse «moderne, ouverte et sûre d'elle», critiquant «le cartel des droites» qui veut imposer «une Suisse frileuse, craintive, égoïste».

Les socialistes veulent un futur riche en opportunités pour tous et non pas pour quelques privilégiés, a souligné le Fribourgeois. «Trop de lobbies ou d'intérêts sectoriels définissent (la politique) à l'heure actuelle. Cela doit changer au bénéfice d'une majorité de la population», a-t-il déclaré dans l'esprit du slogan électoral socialiste «Pour tous, sans privilèges».

Remboursement des lunettes

En dernier point de la journée, le congrès a accepté, sur une proposition de la section vaudoise, de s'engager pour que les lunettes soient à nouveau remboursées si les interventions au niveau parlementaire n'aboutissaient pas. Le conseiller fédéral en charge de la santé Didier Burkhalter avait décidé de couper ce point du catalogue de remboursement de l'assurance de base.

(ats)