EPFZ

09 juin 2011 12:44; Act: 09.06.2011 12:59 Print

Lueur d'espoir dans le combat contre le diabète

La molécule à l'origine du diabète a été démasquée à l'EPF Zurich. Mais la mise en place d'une thérapie n'est pas encore à l'ordre du jour.

Une faute?

Deux molécules perturbent le taux de sucre dans le sang des personnes obèses et des diabétiques, ont découvert des chercheurs de l'EFP Zurich.

En neutralisant ces molécules, le taux de glycémie peut être amélioré. Une lueur d'espoir dans le combat contre le diabète.

Les responsables du dérèglement sont des petites molécules d'acide ribonucléique appelées miARN 103 et 107, indique l'EPFZ jeudi. Ces molécules sont présentes en grand nombre dans le corps de souris et d'humains obèses, explique Markus Stoffel, de l'Institut de biologie moléculaire dans le magazine «Nature».

Plus le taux des deux miARN est élevé, plus le foie et les tissus adipeux sont résistants à l'insuline, ont démontré les scientifiques zurichois. En effet, les deux molécules bloquent le gène principalement responsable du bon fonctionnement des capteurs d'insuline.

Taux de glycémie déréglé

Conséquence de ce dysfonctionnement: au lieu que le sucre soit absorbé par les cellules au signal de l'insuline, il reste dans le sang et le taux de glycémie augmente. Même le mécanisme de réaction qui conduit le pancréas à produire plus d'insuline, n'est pas suffisant pour contrôler le taux de sucre dans le sang.

Les chercheurs ont découvert qu'en neutralisant les miARN 103 et 107, les capteurs d'insuline fonctionnent à nouveau de manière stable. Pour ce faire, ils ont injecté dans les souris des molécules qui s'attèlent aux miARN, les retirant de la circulation. L'effet dure plusieurs semaines.

Médicament pas pour demain

Pour M. Stoffel, cette découverte est une lueur d'espoir dans le combat contre le diabète. Une telle thérapie serait une approche totalement nouvelle pour traiter le diabète.

Toutefois, il devrait s'écouler encore un certain temps avant qu'une thérapie soit disponible. Jusqu'à présent, le principe n'a été testé que sur des souris. La mise au point d'un médicament dépendra des entreprises pharmaceutiques.

(ats)