Votation du 17 juin

16 mai 2012 12:09; Act: 16.05.2012 12:15 Print

Maillard fustige les réseaux de soins

Le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard tire à boulets rouges contre la révision de la loi sur l'assurance maladie, soumise à votation le 17 juin prochain.

storybild

Pierre-Yves Maillard en octobre 2011. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pour le ministre socialiste de la santé, le projet est «mauvais» et pénalise les malades chroniques. «La loi ne donne aucune garantie que les patients souffrant de maladies chroniques, c'est-à-dire ceux qui coûtent cher, iront dans les réseaux», déclare Pierre-Yves Maillard dans un entretien publié mercredi par «Le Temps».

A ses yeux, tout porte au contraire à croire que ces assurés ne rejoindront pas les futurs réseaux. Ils seront pénalisés pour cela et devront participer encore davantage à leurs frais de guérison, relève l'ancien président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé publique.

Pour le socialiste, les réseaux existants ne s'adressent pas aux diabétiques, aux sidéens, aux patients atteints de sclérose en plaque ou aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque chronique. La sélection des risques fait partie du modèle des assureurs, comme l'a reconnu l'un d'entre eux et la nouvelle loi ne changera rien. Et le conseiller d'Etat vaudois d'ajouter: «Je ne crois pas aux contes de fées que nous servent les partisans de la loi».

«Le peuple s'en fiche que le parlement ait travaillé dix ans pour accoucher de ce compromis. Il doit juger si la loi est bonne ou mauvaise. Moi, je ne peux pas m'y rallier».

La pénalité financière infligée aux assurés malades qui n'auront pas rejoint un réseau, sous la forme d'une participation accrue aux frais de 300 francs par personne par année «devrait inciter tout élu de gauche à voter non». Pour Pierre-Yves Maillard, cette pénalité est «mesquine, antisociale et injuste».

(ap)