Elections aux Congo

10 décembre 2011 18:34; Act: 10.12.2011 22:50 Print

Manifestants évacués de l'ambassade à Berne

L'ambassade de la République démocratique du Congo (RDC) à Berne a de nouveau été le théâtre de protestations samedi.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon la police cantonale bernoise, entre 20 et 30 manifestants à l'ambassade du Congo à Berne ont pénétré dans l'enceinte du bâtiment. Les activistes affirment avoir été plus nombreux.

Une porte-parole de la police a indiqué à l'ats que les forces de l'ordre évacuaient le terrain de la représentation diplomatique, en accord avec les offices fédéraux concernés.

Mardi déjà, une dizaine de personnes avaient pénétré de force dans l'ambassade de la RDC à Berne alors que personne ne s'y trouvait.

Les manifestants ont quitté d'eux-mêmes le bâtiment une heure plus tard sans opposer de résistance au moment de leur arrestation. Les militants, suisses et congolais, qui participaient à cette action politique avaient causé des dommages à l'intérieur de l'ambassade.

«Kabila n'est pas notre président

Selon Etienne Epangola, président du centre socio-culturel africain à Berne, 40 manifestants ont pénétré samedi dans l'ambassade, et ils étaient 60 à l'extérieur. Il a également fustigé la violence de l'interviention policière.

D'après lui, des opérations similaires ont eu lieu dans d'autres pays européens. Ces actions ont pour objectif de «montrer à la communauté internationale que Joseph Kabila n'est pas notre président», a-t-il dit à l'ats. «La diaspora reconnaît l'opposant Etienne Tshisekedi» comme vainqeur, a-t-il précisé.

Des incidents violents se sont produits vendredi soir dans la capitale congolaise peu après l'annonce par la commission électorale de la victoire du président sortant Joseph Kabila à la présidentielle du 28 novembre, face à Etienne Tshisekedi.

A Londres aussi

Dix personnes ont été arrêtées samedi à Londres au cours d'une manifestation ayant rassemblé quelque 500 personnes protestant contre la réélection contestée du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé la police.
Les protestataires sont sortis de la zone autorisée pour la manifestation, ce qui a amené la police à bloquer brièvement l'accès à Whitehall, la rue des bâtiments du gouvernement située près des bureaux du Premier ministre David Cameron à Downing Street, et à une partie de Trafalgar Square.

Selon un porte-parole de Scotland Yard, la manifestation a rassemblé entre 400 et 500 personnes. «Une dizaine de personnes approximativement ont été arrêtées pour obstruction de la voie publique» et pour avoir enfreint une loi régissant les manifestations.

Les manifestants brandissaient des pancartes proclamant que le candidat de l'opposition en RDCongo, Etienne Tshisekedi, était le vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre, et rejetant l'annonce par la commission électorale que M. Kabila avait remporté le scrutin.

Ils ont exprimé leur colère contre le président sortant. «C'est un assassin. Personne n'a voté pour lui. Nous ne voulons pas de lui au Congo», a déclaré à l'AFP Edwige, une étudiante de 22 ans.

Des violences post-électorales ont fait au moins quatre morts à Kinshasa où la situation reste tendue après la réélection contestée de Joseph Kabila et les menaces du pouvoir contre Etienne Tshisekedi qui s'est autoproclamé président.

(ats)