Zurich

23 janvier 2020 16:50; Act: 23.01.2020 16:58 Print

Manifestation anti-WEF: un policier touché à l'oeil

L'explosion d'un engin pyrotechnique lors d'une manifestation anti-WEF à Zurich mercredi a blessé un policier à l'oeil. La Fédération suisse des fonctionnaires de police appelle à punir plus sévèrement les auteurs d'agressions.

storybild

Plusieurs centaines de personnes ont participé mercredi soir à Zurich à la manifestation contre le Forum économique mondial de Davos. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le policier blessé mercredi soir lors de débordements en marge d'une manifestation anti-WEF a été touché à l'oeil. Il a pu quitter l'hôpital entretemps, mais sa blessure «n'est pas négligeable», selon les forces de l'ordre. La fédération des policiers appelle le monde politique à sévir «avant qu'un policier ne meure».

Le policier municipal avait été percuté par un engin pyrotechnique. Les conséquences de sa blessure sont encore incertaines, indique jeudi la police municipale de Zurich.

Une passante avait également été blessée à l'oreille, lorsque des pétards ont explosé. Les personnes suspectées de les avoir allumés ont été interpellés mercredi soir, puis relâchés entretemps.

Le black block en intrus

Plusieurs centaines de personnes ont participé à la manifestation anti-WEF dans les rues de Zurich, à l'appel des Jeunes socialistes et des jeunes Verts. Des groupes d'extrême gauche dont le «black block» se sont toutefois joints au cortège.

Des débordements et des actes de vandalisme ont alors eu lieu. La police a dû faire usage de lances à eau. Les dégâts matériels sont évalués à plusieurs dizaines de milliers de francs.

Colère face à la «paresse» politique

La Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP) a réagi jeudi avec virulence aux incidents de la veille. Elle accuse le monde politique de «paresse» et l'appelle à punir plus sévèrement les auteurs d'agressions sur les policiers. «Il est temps de joindre les actes à la parole avant qu'un policier ne soit tué», lance Johanna Bundi Ryser, présidente de la FSFP, citée dans le comité de la fédération.

«Nous n'acceptons pas que nos policiers et policières soient grièvement blessés dans l'exercice de leur fonction, à savoir la protection de la population», dénonce la présidente. Et de déplorer que les agents de police soient de plus en plus souvent empêchés de faire leur travail ou blessés grièvement.

(nxp/ats)