Suisse

22 septembre 2018 15:15; Act: 22.09.2018 22:17 Print

Manifestation pour l'égalité salariale à Berne

L'égalité des sexes est ancrée dans la Constitution fédérale depuis 37 ans et la loi en la matière est en vigueur depuis 22 ans. Mais la réalité n'est pas la même.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Quelque 20'000 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté samedi à Berne en faveur de l'égalité salariale entre hommes et femmes et contre la discrimination. Ce rassemblement bruyant a été convoqué par plus de 40 organisations.

«La parité c'est maintenant», «Même travail, salaire différent» ou encore «Marre d'attendre...», pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestantes et les manifestants.

Car les femmes attendent depuis longtemps. L'égalité des sexes est en effet ancrée dans la Constitution fédérale depuis 37 ans et la loi en la matière est en vigueur depuis 22 ans. Mais le pouvoir et l'argent sont toujours répartis différemment, ont rappelé dans leurs interventions sur la place fédérale les représentantes des syndicats, partis et organisations à l'origine de cette manifestation.

10 milliards par année

Les femmes gagnent environ 20% de moins que les hommes, elles sont sous-représentées dans le monde politique et économique et accomplissent la plus grande partie du travail non payé.

«Chaque année en Suisse les femmes perdent 10 milliards de francs», a souligné Vania Alleva, présidente du syndicat Unia. Pour chaque femme, cela représente en moyenne près de 600 francs de moins par mois par rapport à leurs collègues masculins. Cet argent manque aux femmes et à leurs familles, il manque aussi pour leur prévoyance professionnelle.

Débat aux Chambres fédérales

Alors que le Conseil national débat de la révision de la loi sur l'égalité, les manifestants exigent qu'il impose des instruments efficaces comme des contrôles salariaux obligatoires, une adaptation des salaires féminins discriminatoires et des amendes dissuasives au cas où une entreprise ne respecterait pas l'égalité salariale.

Le Conseil des Etats avait donné son feu vert en mai à un projet revu à la baisse. Il avait décidé que les entreprises occupant au moins 100 travailleurs, soit moins de 1% des employeurs, devraient procéder à une analyse de l?égalité salariale tous les quatre ans et la faire vérifier par un organe indépendant. Le Conseil fédéral voulait fixer la barre à 50 employés.

Les députés doivent à leur tour se prononcer ce lundi. La décision s'annonce serrée: la commission de l'éducation du National n'a accepté que de justesse d'entrer en matière sur le sujet.

Nouvelle grève des femmes

La chambre du peuple «doit corriger la révision de la loi», affirme le syndicat Unia dans un communiqué publié samedi. Et sa présidente de souligner que les changements proposés sont une «mini-réforme».

Toute autre attitude que l'adoption par le Parlement de cette révision serait «un affront», écrivent samedi les organisateurs dans un communiqué. Faute de quoi, les femmes sont prêtes à faire grève le 14 juin 2019 «pour enfin concrétiser les droits des femmes et l'égalité», avertissent plusieurs organisations.

Un groupe de personnes présentes samedi revendiquaient d'ailleurs une telle action. Une grève de femmes comme celle de 1991 est nécessaire pour montrer que sans les femmes, rien ne marche, expliquait une manifestante.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Sylvie le 22.09.2018 22:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Utopie

    L'égalité des salaires n'existe pas, y compris entre les hommes ou les femmes.

  • JeanL le 22.09.2018 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    faux combat

    Les chiffres avancés dans cet article prêtent à confusion. Si les femmes gagnent 20% de moins que les hommes, c'est tout simplement parce qu'elles choisissent des secteurs qui paient moins bien. L'inégalité salariale à compétences et productivité égales pour un même job est quasi-inexistante (sinon pourquoi les employeurs n'engageraient-ils pas que des femmes ?). La vraie inégalité c'est quand une personne gagne 100x plus qu'une autre au sein d'une même entreprise. On me rétorquera que l'une à des responsabilités que l'autre n'a pas, mais cela ne justifie en rien un tel ratio.

  • Marco le 22.09.2018 21:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'accord

    Effectivement je vois pas trop de femmes sur les chantiers, ou à nettoyer les rues... À croire certains il devrait avoir une parité partout. Pour les salaires OK mais alors même âge de retraite pour les hommes, même temps de congé paternité... Etc, tous ces avantages jouent contre les femmes... Pour le travail non rémunéré changez de mec, même mon père participe dans les tâches non rémunérés, si les femmes acceptent un mec comme ça c'est peut-être que la vie de couple ne se résume pas qu'à ça.

Les derniers commentaires

  • Bernard Fondue le 24.09.2018 17:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suissi suissa

    Eh ben la suisse il va falloir changer ça

  • godangel le 23.09.2018 22:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on est en Arabie saoudite?

    on manipule politiquement !

  • quelqu'un le 23.09.2018 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une remarque

    par contre quand c'est pour baiser, la femme existe. Sinon quand on parle d'augmenter leur salaire on la rabaisse.

  • Femme blasée le 23.09.2018 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Société mysogine

    Impressionnant ce mépris envers les femmes. Beau reflet de notre société. Je ne comprends pas pourquoi certains se sentent en danger dès que l'on donne plus de liberté aux femmes. "La place de la femme est derrière les fourneaux" : quelle stupidité ! Et le chien dans une cage ?

  • Mendrisiotto le 23.09.2018 09:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cest mon épouse qui le dit

    Mon épouse me disait ce matin cela ne peut pas aller cette histoire, Ok les femmes veulent travailler et veulent l égalité ,elle est bien loin dêtre contre,mais alors qu elles assument de payer les crèches pour les enfants et ne pas demander à la confédération des aides . Elle veulent l égalité mais pas faire d armée,Elles ne veulent plus soccuper de leur enfants mais des congés paternités pour que les hommes s occuper des gosses,Mais cest tout me di telle que les femmes doivent payer les factures du ménage aussi, Légalité cest pas seulement les hommes qui doivent payer.

    • Peppone le 23.09.2018 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mendrisiotto

      Très bizzard ta femme, d'ailleurs toi aussi ou vice et versa.