Suisse

14 janvier 2020 17:29; Act: 14.01.2020 23:05 Print

Manquements au bien-être animal lors de l'abattage

Etat d'étourdissement insuffisant, manque d'eau et de nourriture aux animaux...les abattoirs suisses doivent s'améliorer.

storybild

L'Office fédéral des affaires vétérinaires a constaté des manquements auprès des abattoirs. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les abattoirs suisses ne respectent pas toujours les dispositions en matière d'abattage des animaux. L'Office fédéral des affaires vétérinaires a constaté des manquements lors de certaines étapes du processus.

Un très grand nombre d'abattoirs traitent les animaux avec ménagement. Mais l'OSAV a noté des entorses lors de l'hébergement pendant la nuit. Il manque souvent un accès à l'eau et presque toujours de la nourriture et de la litière, indique l'office dans un rapport publié mardi.

Le contrôle de l'état d'étourdissement n'est pas suffisant, en particulier dans les petits abattoirs. Cela est généralement dû à un manque de sensibilisation ou de formation, au rythme effréné et au temps limité pour le processus d'abattage.

La puissance du courant de l'équipement n'est pas toujours suffisante ou la pince n'est pas utilisée correctement. Pour les bovins, la période entre l'étourdissement et la saignée est trop longue.

Absence du vétérinaire

Dans une grande majorité des établissements, le personnel ne vérifie pas si la saignée a été réalisée de manière correcte. Cela concerne surtout les porcs. Par ailleurs, les petits établissements ne documentent pas les contrôles.

Dans les petites structures, les vétérinaires ne sont pas présents en permanence. De nombreux services vétérinaires réduisent les tâches par manque de personnel. Ainsi, lors du contrôle des viandes, les vétérinaires se concentrent principalement sur l'examen des animaux avant l'abattage et sur l'analyse des viandes après. Ils ne s'attardent que trop peu, voire pas du tout sur le bien-être des animaux.

Les vétérinaires doivent aussi s'assurer de l'état de santé de l'animal avant son abattage. C'est aussi à eux qu'incombe la tâche de vérifier le respect de l'hygiène dans les abattoirs et de l'hygiène du personnel.

«Absolument pas tolérables»

Les autorités cantonales ont été appelées à prendre des mesures spécifiques en matière d'hygiène, de protection des animaux. L'OSAV examine l'offre de formation pour le personnel chargé de l'exécution. Il veut éviter que, à force d'être exposé à ces situations, le personnel se résigne ou ne voie plus les manquements. Pour l'OSAV, la documentation sur l'autocontrôle doit aussi être vérifiée.

Les services vétérinaires ont organisé des cours de formation à l'intention des vétérinaires. Certains services ont demandé une augmentation des ressources humaines. L'office vétérinaire vérifiera dans trois ans si ces mesures ont un effet. L'OSAV veut réviser l'ordonnance sur la protection des animaux lors de leur abattage.

Les adaptations concerneront notamment les méthodes d'étourdissement. En Suisse et au Liechtenstein, 67 établissements ont été contrôlés. La sélection n'est pas représentative, précise l'OSAV. Des abattoirs identifiés comme à risque ont été volontairement retenus.

La Protection suisse des animaux (PSA) estime dans un communiqué diffusé mardi que les insuffisances mises en évidence par le rapport «ne sont absolument pas tolérables». Bien traiter les animaux jusqu'à leur ultime destination est une obligation éthique, juge l'association.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jésus le 14.01.2020 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surtout Hallal

    Particulièrement concernant l'abattage Hallal qui devrait être interdit chez nous !

  • Cyril Egger le 14.01.2020 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du respect svp

    Je mange volontiers de la viande, mais il est nécessaire de réprimer les abattoirs non conformes. Un min. de respect pour les animaux en attente de leur mort. Les contrôles et sanctions doivent être renforcés

  • Fanettetrala le 14.01.2020 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les autres aussi

    Et halal ça se passe comment ?

Les derniers commentaires

  • Kevin le 16.01.2020 07:08 Report dénoncer ce commentaire

    Inaction

    C'est tellement vrai... Malheureusement aucune initiative en vue fût-ce de l'UDC ou d'associations pour la défense des animaux. Quelle hypocrisie

  • Angie le 16.01.2020 05:56 Report dénoncer ce commentaire

    Melle

    Cherché sur le net

  • Angie Batselé le 16.01.2020 05:56 Report dénoncer ce commentaire

    Melle

    Le respect ce serait de ne plus en manger Cyril Egger

  • Marc le 15.01.2020 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    Plaisir gustatif

    J'ai longtemps crû qu'en Suisse les animaux qu'on mange ne souffraient pas. J'en mangeais peu mais de "bonne qualité" (je pensais). La société m'avait appris depuis l'enfance à dissocier les animaux que j'aimais de ce qui était bien délicieux dans mon assiette. Depuis, j'ai évolué et compris qu'aucun animal n'avait à être exploité/tué pour quelques minutes de plaisir gustatif. Ce n'est pas évident d'arriver à cette connexion, mais quand elle vient enfin on se demande pourquoi on a été (ou voulu être) si aveugle avant. Je n'ai qu'un seul regret, ne pas avoir arrêté de manger cela avant!

    • Philippe M. le 15.01.2020 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marc

      Merci pour ce message qui donne matière à réflexion! Je ne bois plus de lait depuis que j'ai lu des choses sur les cancers qui y sont associés. Je mange peu de viande rouge et poisson mais quand même pas mal de poulet. De plus en plus je prends du bio mais moi qui pensait qu'ils étaient mieux traités, je réalise qu'ils finissent au même endroit. En fait je crois que ce qui me retiens d'arrêter la viande c'est le côté social. Mais plus j'y pense, plus je me dis que mon inconfort de ne pas faire "comme les autres" ce ne serait rien par rapport à "l'inconfort" des bêtes...

  • yep le 15.01.2020 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    yep

    Ben bien sur que le vétérinaire ne s attarde pas sur les choses semsibles. Faudrait pas que le boucher passe pour un boucher. En + ca couterait des sous alors.