Suisse

06 juillet 2014 12:35; Act: 06.07.2014 12:52 Print

Mauvais diagnostic ou traitement dans 30 cas

Le bureau d'expertises de la Fédération des médecins suisses (FMH) a constaté des fautes d'appréciation dans 30 cas en 2013. Au total, 79 expertises ont été rendues.

Une faute?

Dans près de 40% d'entre eux, il s'agissait de traitements prodigués par des médecins en cabinet privé et pour les 60% restants, de traitements hospitaliers ou de soins impliquant conjointement des cabinets privés et des hôpitaux, indique le rapport annuel 2013 du bureau d'expertises, publié dans le Bulletin des médecins suisses du mois de juillet.

Pour 2013, «le lien de causalité entre la faute constatée et le dommage a été reconnu clairement ou de manière probable dans un peu plus d'un quart (27,8%) des dossiers concluant à l'existence d'une faute», relève le rapport, dont des extraits ont également été publiés par le journal alémanique «NZZ am Sonntag».

Moins de fautes

Au regard de l'année précédente, le pourcentage de fautes reconnues a toutefois baissé: il s«élève à 38% en 2013 contre 46,9% en 2012. Au cours des dix dernières années, les pourcentages ont varié entre 34,9% (en 2007) et 50,6% (en 2010).

A noter également que les 79 cas ne sont pas représentatifs «de la situation en matière de responsabilité civile dans les hôpitaux et chez les médecins en Suisse».

De nombreuses expertises privées sont effectuées chaque année et un grand hôpital cantonal non universitaire peut à lui seul être confronté à environ vingt à trente cas de responsabilité civile chaque année, souligne la FMH.

Chirurgie en tête

Pour qu'il y ait une expertise, «il faut notamment que le patient ait subi une atteinte considérable à sa santé» et qu'aucun tribunal n'ait été saisi du litige ou n'ait prononcé de jugement à ce sujet, précise-t-elle encore.

La plupart des expertises au cours de trente dernières années concernaient la chirurgie, suivie de la chirurgie orthopédique et de la gynécologie/obstétrique. Beaucoup de cas ont également été constatés dans la médecine interne et l'ophtalmologie.

(ats)