Zurich

17 juillet 2014 23:19; Act: 17.07.2014 23:24 Print

Menaces sur les radars fixes plus assez rentables

par David Maccabez - Flashant de moins en moins, des installations vont disparaître. Une mesure pas prévue en Suisse romande.

storybild

Les appareils finissent souvent par faire partie du paysage. (Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2009, plus de 60'000 véhicules ont été contrôlés en excès de vitesse par le radar fixe de la Hohlstrasse, à Zurich. En 2011, ils n’étaient plus que 43'000. Et l’année passée, leur nombre a chuté à 29'500, selon les chiffres de la police municipale. La police cantonale a également noté une baisse continue des flashes, ces dernières années. Aussi a-t-elle décidé de se séparer de plusieurs boîtiers, selon «Der Landbote».

«A moyen terme, nous comptons en démonter 10 sur les 27 actuels, annonce Werner Schaub, porte-parole des forces de l’ordre. Si la vitesse a pu être réduite aux endroits où des radars ont été installés, le but est atteint.» Et le policier de rajouter que tous disparaîtront certainement un jour.

Pour la police de la ville, en revanche, pas question de se séparer de ses 65 radars fixes. Les raisons ne sont pas financières, assure Marco Bisa, porte-parole de la police municipale zurichoise: «Ils ne sont là que pour assurer une sécurité maximale sur nos routes.»

Interrogées, les polices romandes font la même analyse. «Nous n’avons pas noté de diminution notoire au fil des années», explique Pierre-Olivier Gaudard, de la police cantonale vaudoise. En 2013, quelque 123 millions de véhicules ont été contrôlés, pour un taux d’infractions de 0,13%. A Genève, où ce taux est passé de 4,67% en 2011 à 0,43% en 2013, les radars fixes ne sont pas menacés non plus. Pas plus qu’à Lausanne, qui a aussi enregistré une baisse des infractions, ces dernières années.