Meurtres de Rupperswil

06 février 2019 15:08; Act: 06.02.2019 16:02 Print

L'avocate du tueur aurait trop facturé ses services

La femme commise d'office pour défendre le quadruple meurtrier de Rupperswil a vu ses honoraires fortement réduits.

Sur ce sujet
Une faute?

L'avocate commise d'office pour défendre le quadruple meurtrier de Rupperswil aurait-elle trop facturé ses services? C'est ce que semble penser la justice argovienne. Elle a en effet considérablement réduit les honoraires de Renate Senn présentés pour le procès en appel du criminel. Celle-ci ne sera rétribuée que pour 27 heures au lieu des 46 heures qu'elle a facturées, relate l'Aargauer Zeitung qui a pu obtenir la décision de la Cour suprême.

Argument de la Cour suprême argovienne: l'avocate connaissait déjà très bien les faits vu qu'elle s'était occupée de l'affaire en première instance. La Cour a donc jugé les 46 heures facturées excessives, sans préciser concrètement en quoi, et estimé que 27 heures pour ce dossier étaient considérées comme «raisonnables». Elle a par exemple estimé que trois heures d'entretien avec l'accusé auraient été largement suffisantes.

Pas une première

Ce n'est pas la première fois que l'avocate voit ses honoraires réduits dans cette affaire, souligne l'«Aargauer Zeitung». En première instance, le Tribunal du district de Lenzburg avait déjà procédé ainsi. Il avait jugé par exemple que les 10 heures d'entretien que Renate Senn avait passées avec la mère du meurtrier n'étaient pas nécessaires à la défense officielle.

La décision de la Cour pour le procès en appel est vivement critiquée par les hommes de loi outre-Sarine. Plusieurs d'entre eux mettent en effet en garde contre une justice à deux vitesses. A l'image d'un avocat soleurois, Konrad Jeker, qui estime que les avocats commis d'office sont désormais réduits à ne remplir leurs mandats qu'en apparence. Seuls ceux qui peuvent se le permettre sont convenablement défendus, critique-t-il. Un autre avocat zurichois estime que cette décision remet en cause l'indépendance des défenseurs de criminels.

L'un des pires crimes qu'ait connu la Suisse

Pour rappel, le quadruple assassin de Rupperswil avait été condamné en décembre dernier à l'internement simple et à la prison à vie par la Cour suprême du canton d'Argovie qui avait ainsi confirmé le jugement de première instance. Les juges avaient estimé que les conditions pour un internement à vie n'étaient pas remplies.

L'homme avait commis en décembre 2015 l'un des crimes les plus graves de l'histoire en Suisse. Armé d'un couteau de cuisine, il avait égorgé une mère de famille de 48 ans, ses deux fils de 19 et 13 ans et la petite amie de l'aîné, âgée de 21 ans, au domicile familial. Il avait aussi abusé sexuellement du fils cadet, avant de mettre le feu à la maison.

(cht)