Suisse

13 mai 2019 12:40; Act: 13.05.2019 18:35 Print

Le nouveau mandat de Michael Lauber en sursis

L'audition du procureur général de la Confédération a duré une heure. On saura mardi si Michael Lauber, qui fait l'objet d'une enquête disciplinaire, peut aspirer ou non à un nouveau mandat.

storybild

Michael Lauber joue sa réélection devant les commissions de gestion du Parlement. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les commissions de gestion du Parlement ont entendu lundi le procureur de la Confédération Michael Lauber pour déterminer s'il peut aspirer ou non à un nouveau mandat à la tête du MPC. Elles prendront leur décision mardi.

L'audition du procureur de la Confédération, contre lequel une enquête disciplinaire a été ouverte, a démarré peu avant midi et a duré un peu plus d'une heure. Avant de recevoir Michael Lauber, les commissions ont aussi interrogé le président de l'autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (MPC) Hanspeter Uster et son prédécesseur Niklaus Oberholzer.

A la sortie de son entretien, Hanspeter Uster n'a pas fait de commentaire, se réfugiant derrière le secret de la commission. «J'ai dit ce que je voulais dire», a-t-il seulement déclaré.

La présidente de la commission de gestion du Conseil des Etats Anne Seydoux (PDC/JU) n'a pas non plus souhaité s'exprimer. Aucune décision n'a encore été prise, a-t-elle toutefois précisé en fin de journée. Les commissions se retrouvent mardi matin. Elles prendront leur décision au cours de cette nouvelle séance.

Enquête ouverte

L'Autorité de surveillance du MPC a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour éclaircir si le procureur a commis d'éventuelles violations de ses devoirs de fonction dans le cadre des procédures sur la FIFA. Michael Lauber a quant à lui déposé une requête contre l'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (MPC) auprès des commissions de gestion.

La décision tombe à un très mauvais moment pour Michael Lauber car le Parlement doit décider en juin s'il le reconduit dans ses fonctions pour la période 2020-2023. La commission judiciaire des Chambres fédérales donnera sa recommandation mercredi soir en se basant notamment sur l'avis des commissions de gestion. Elle pourrait aussi décider de reporter l'élection à la session d'automne.

Au coeur de la tourmente, des rencontres informelles avec le président de la FIFA Gianni Infantino. Servant à discuter de la suite de la procédure, de telles séances ne sont pas problématiques en tant que telles. Mais le procureur aurait dû les documenter, et l'autorité de surveillance lui a recommandé de le faire l'an dernier.

Troisième rencontre

Elément crucial pour l'ouverture de l'enquête disciplinaire, Michael Lauber a tu une troisième entrevue. En novembre 2018, il avait déclaré qu'il n'y en avait eu que deux (en 2016). Aucun des participants supposés à la troisième rencontre en 2017 ne s'en souvient.

L'enquête disciplinaire sera confiée à un expert externe. Son nom sera communiqué séparément au public. Michael Lauber risque un avertissement, un blâme ou une réduction de salaire de 10% pendant un an au plus.

Quant au MPC, il mène des investigations sur la Fédération internationale de football association (FIFA) depuis 2015. Suite à une plainte pénale de la FIFA déposée en 2014 sous la présidence de Joseph Blatter, une enquête pénale a été ouverte contre inconnu pour gestion déloyale, escroquerie, abus de confiance et blanchiment d'argent.

L'enquête s'est élargie à un véritable complexe d?affaires. Le MPC mène actuellement près de 25 enquêtes pénales et collabore avec 15 autorités étrangères.

Suspension envisageable

L'affaire concernant Michael Lauber risque de ralentir les enquêtes en cours. Les avocats des parties impliquées pourraient demander une suspension. En effet, dans un jugement publié lundi, le Tribunal pénal fédéral a récusé un procureur fédéral en raison d'une rencontre informelle.

Le procureur fédéral Patrick Lamon, en charge de l'enquête pour blanchiment contre Gulnara Karimova, fille de l'ancien président ouzbek, s'est déplacé à Tachkent en 2018 en dehors de toute commission rogatoire.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cotz04 le 13.05.2019 14:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Politique des petits copains .

    Pas besoin d'aller très loin pour trouver des tricheurs . C'est inadmissible , il est employé de la confédération et il faute , dans n'importe qu'elle entreprise , 1 employé fait 1 faute , il est puni , soit par blâme ou par licenciement , mais là , rien du tout . C'est pas normal , mais on dit bien que les requins ne se bouffent pas entre eux . Y en a marre , les fraudeurs dehors , retrouvez de la dignité .

  • Justine le 13.05.2019 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Contagieux

    Sans foi ni loi et sans conscience et ils sont nombreux ces hauts fonctionnaires,ministres procureurs etc a être touché par cette maladie, ça devient un fléau et ce sont les maîtres pognon et copains qui sont la base de leurs croyances et le mensonge leur qualité.

  • Tom le 13.05.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mémoire courte

    ben merde le pauvre tombé dans un profond trou de mémoire dont il n arrive pas en sortir le pauvre peut-il continuer dans sa fonction.....

Les derniers commentaires

  • PETER Marc-Olivier le 13.05.2019 19:49 Report dénoncer ce commentaire

    Larroseur est arrosé ?

    Les mêmes qui lont élu le 28.9. 2011 et réélu le 17.6.2015 se sont-ils rendus coupables des éventuelles défaillances qualitatives du PGC en exercice actuellement ou a-t-il été élu à son poste pour dégager les problèmes de la place financière suisse en privilégiant le franc suisse pour le paradis fiscal du Liechtenstein qui tente de sortir de la liste noire ? Le Président de lAutorité de surveillance des marchés financiers du Liechtenstein jusquau 31.12.2011 a été le PGC en exercice actuellement ! Dès lors, les commissions de gestion du Parlement ne peuvent quêtre juges et partie !

  • Coupablejesuis le 13.05.2019 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Auf wiedersehen

    Coupable...en taule point barre

  • Courage le 13.05.2019 14:53 Report dénoncer ce commentaire

    Tenez bon

    Il déranger dans les hautes sphères.

  • cotz04 le 13.05.2019 14:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Politique des petits copains .

    Pas besoin d'aller très loin pour trouver des tricheurs . C'est inadmissible , il est employé de la confédération et il faute , dans n'importe qu'elle entreprise , 1 employé fait 1 faute , il est puni , soit par blâme ou par licenciement , mais là , rien du tout . C'est pas normal , mais on dit bien que les requins ne se bouffent pas entre eux . Y en a marre , les fraudeurs dehors , retrouvez de la dignité .

    • Jeme Demande le 13.05.2019 15:58 Report dénoncer ce commentaire

      Quid ?

      Vous seriez plus compétent que lui à sa place ?

  • Marcel Meylan le 13.05.2019 14:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Justice

    Que ceux qui le jugent soient présents avec leurs auréoles sur la tête, car je n'ai jamais vu de saint prétendant juger ses semblables.

    • Freeliberta le 13.05.2019 16:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marcel Meylan

      quand on occupe une place comme lui , on doit être plus blanc que blanc , c'est tout