Affaire Piller

22 octobre 2019 12:04; Act: 22.10.2019 18:05 Print

Une facture de près de 2 millions enlise le conflit

Migros n'aurait reçu aucune contre-prestation pour des paiements aux sociétés de Damien Piller.

storybild

Une accusation de gestion déloyale est au centre du conflit qui oppose Damien Piller à Migros. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Le conflit entre Damien Piller et Migros se poursuit. La Coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg a assuré mardi qu'il demeure une facture injustifiée de 1,7 million de francs payée à l'homme d'affaires et avocat fribourgeois. Celui-ci ouvre les comptes de ses sociétés.

«Des montants totalisant près de CHF 1,7 million ont été versés par la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) à des sociétés contrôlées par Damien Piller, président de l'Administration MNF, dans le cadre de deux projets de construction de la coopérative», ont indiqué la MNF et la Fédération des coopératives Migros (FCM).

Selon le communiqué, des enquêtes approfondies avaient déjà abouti à deux rapports qui arrivaient à la même conclusion: «Migros n'a reçu aucune contre-prestation pour les paiements aux sociétés de Damien Piller. Ces faits ont amené la Fédération des coopératives Migros et la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg à déposer séparément plainte pénale contre Damien Piller et inconnus, notamment pour gestion déloyale».

Damien Piller et l'Administration MNF - qu'il préside depuis 23 ans - ont commandité un troisième rapport auprès d'un avocat genevois, Alan Hughes. «Or, même ce troisième rapport confirme qu'aucune contre-prestation équivalente ne peut être identifiée pour 1,7 million», a ajouté Migros.

Tout comme les deux rapports précédents, ce nouveau rapport souligne que pour tenter de justifier ces paiements, «Damien Piller continue de fournir des explications changeantes, contradictoires et qui se sont avérées fausses au fil des investigations. Par ailleurs, Damien Piller refuse de divulguer la documentation comptable de ses propres sociétés. S'il existait des contre-prestations, Damien Piller et ses sociétés seraient en mesure de les identifier et de les prouver».

«Pas innocenté»

Pour la MNF et la FCM, «Damien Piller n?est donc pas innocenté. Même son propre rapport confirme cette constatation. Les affirmations contraires de l'Administration MNF lors de la conférence de presse du 27 août et dans son communiqué de presse du 11 octobre 2019 sont incompatibles avec le rapport Hughes».

La MNF et la FCM déplorent, qu'en dépit des graves soupçons confirmés par ces trois rapports, les membres de l'Administration MNF persistent à soutenir leur président. «Le vice-président Philippe Menoud ainsi que les autres membres Marcelle Junod et Jean-Paul Eltschinger ne sont plus en mesure de faire preuve de l'indépendance nécessaire à leur fonction.»

Une démission à ce jour

À la suite d'un vote de défiance du Comité coopératif de Migros Neuchâtel-Fribourg ainsi que d'appels répétés à la démission lancés par l'ensemble de la communauté Migros, une seule personne – Elena Wildi-Ballabio – a démissionné de l'Administration MNF à ce jour. Le Comité coopératif MNF a donc décidé de soumettre la question de la révocation immédiate de tous les membres de l'Administration MNF à l'ensemble des 124'000 coopérateurs neuchâtelois et fribourgeois.

Ces derniers pourront voter le samedi 16 novembre. La procédure avait été décidée à mi-septembre, en se fondant sur le fait que la compétence leur revient, lors d'une séance extraordinaire du comité coopératif. L'invitation à voter ainsi que toutes les communications officielles relatives à la votation se feront par le biais de Migros Magazine.

Ouverture des comptes

«Constatant l'impasse dans laquelle l'Administration se trouve à cause des interférences» de la FCM, Damien Piller a décidé d'ouvrir les comptes de ses sociétés Anura SA et Constructor SA à un expert comptable et à un architecte, a communiqué de son côté l'Administration MNF. L'audit, lancé il y a dix jours, montrera que les sommes contestées correspondent à des prestations fournies.

Les résultats sont attendus pour fin octobre. Le communiqué accuse également la FCM, «à court d'arguments pour nuire à l'Administration MNF et à son président». Elle fait pression à travers les médias «en répétant les mensonges qu'elle diffuse depuis des mois» à la veille d'une votation «qui confirmera la confiance des coopérateurs fribourgeois et neuchâtelois envers leur administration».

(nxp/ats)