Ville de Zurich

08 novembre 2018 13:39; Act: 08.11.2018 13:43 Print

Migros propose paracétamol et poireaux

Une pharmacie a été intégrée dans un supermarché en ville de Zurich. On peut ainsi faire ses courses et retirer les prescriptions de son médecin.

storybild

Zur Rose opère déjà deux espaces similaires avec Migros à Berne et Bâle. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les clients se pressaient jeudi à la Migros de Limmatplatz à Zurich, au siège du géant orange. Une pharmacie intégrée au supermarché, opérée par le spécialiste de la vente de médicaments par correspondance Zur Rose, suscitait l'engouement d'une clientèle variée.

La Migros avait pris pour l'occasion un petit air de fête, avec des ballons aux couleurs du géant orange accrochés aux façades et des véhicules d'époque du distributeur. Difficile en effet de manquer l'ouverture de cette première pharmacie «shop-in-shop» - selon le terme consacré - à Zurich: bannières publicitaires, distribution de prospectus, panneaux d'informations. En entrant dans le supermarché, on aperçoit d'un coup d'oeil les deux croix vertes illuminées de part et d'autre du rayon légumes: en traversant les étalages de pommes et poireaux, une pharmacie fait son apparition.

Sur un espace de 60 mètres carrés, délimité par un sol de couleur différente, Zur Rose vend un assortiment de produits cosmétiques, compléments alimentaires et bien-sûr des médicaments, avec ou sans ordonnance. Pour la première fois à Zurich, on peut retirer les prescriptions de son médecin directement au supermarché.

Zur Rose propose également des services de conseil et de diagnostic, à l'instar d'une pharmacie classique. Compter 5 francs pour mesurer la tension artérielle, indique un écran lumineux. Mesure de la glycémie, conseils concernant les vaccinations lors de voyages l'étranger ou recommandations sur la pilule du lendemain, les clients peuvent compter sur une équipe de huit personnes pour les renseigner. Une pièce séparée permet d'effectuer les consultations à l'abri des regards indiscrets.

A Berne et Bâle, Zur Rose opère déjà deux espaces similaires. Le principe est simple: les clients peuvent acheter leurs produits pharmaceutiques directement dans le supermarché Migros, les transactions sont toutefois opérées par Zur Rose, qui loue la surface mais gère sa pharmacie de manière indépendante.

Alexandra Ried, responsable de l'expansion de Zur Rose, n'est nullement surprise de l'affluence des clients. «A Berne et à Bâle, nous avons observé le même engouement» a-t-elle indiqué à AWP. Cela tient également au rabais des deux premières semaines d'ouverture: 20% de réduction sur tous les produits, à l'exception naturellement des médicaments sur ordonnance.

Futurs déploiements En outre, les produits vendus au sein de la pharmacie intégrée sont proposés aux mêmes prix qu'en ligne. En moyenne, les médicaments soumis à ordonnance sont «12% moins chers que dans les autres pharmacies et les produits de santé jusqu'à 40% moins chers», selon les données de Zur Rose.

La pharmacie a profité également de la large base clientèle de Migros, l'évènement ayant été communiqué dans le magazine de l'enseigne, mais aussi via une lettre aux adhérents du programme de fidélité Cumulus.

Du côté de Migros, l'intégration de Zur Rose dans le supermarché permet de revaloriser des surfaces. «Dans le segment non-alimentaire, des espaces ont tendance à se libérer», a expliqué un porte-parole de Migros, citant comme causes le commerce en ligne ou encore le tourisme d'achat. Louer des surfaces de vente à Zur Rose est un moyen à la fois de contrer la perte de chiffre d'affaires et d'offrir un nouveau service aux clients, qui sur place ont accès aux conseils de pharmaciens.

Détail cocasse, la pharmacie fait face à l'étalage de produits cosmétiques de la Migros. Si les marques ne sont pas les mêmes, les clients peuvent comparer prix et produits du géant orange et de la nouvelle officine.

N'y-a-t-il pas un risque de cannibalisation pour certains produits, vendus à la fois par Migros et Zur Rose, à l'instar des tests de grossesse ou des pansements? «Il est possible que le même produit ou des produits similaires soient vendus de part et d'autre avec des politiques de prix différentes, dans ce cas, ce sera au client de décider s'il a besoin ou non du conseil d'un pharmacien», a poursuivi le porte-parole.

Les achats de produits pharmaceutiques chez Zur Rose permettent de collecter des points de fidélité Cumulus de la Migros. Toutefois, la coopérative n'a «aucune donnée» sur les médicaments achetés, a-t-il assuré.

La pharmacie «shop-in-shop» de Zurich est la troisième et dernière étape avant la fin du projet pilote, à la fin de l'année. «Nous sommes en discussion avec Migros pour les prochains déploiements, des informations seront communiquées en janvier», a expliqué Mme Ried. Dans de précédentes annonces, Zur Rose ambitionnait d'ouvrir 20 à 30 pharmacies de ce type en Suisse.

(nxp/ats)