Canton de Zurich

25 février 2019 21:42; Act: 26.02.2019 07:33 Print

Mobbée en classe, une ado se laisse mourir de faim

Ses camarades se moquaient d'elle et s'en prenaient violemment à elle, même en classe. Au point qu'elle a voulu mettre fin à ses jours. L'école nie tout mobbing.

storybild

L'ado a même reçu un message d'un autre élève qui lui demandait de se tuer. (Photo: Keystone)

Une faute?

C'est un long cauchemar qu'a vécu Tara, une ado de 16 ans aujourd'hui, dans une école zurichoise. Un cauchemar que raconte le «Blick» lundi et qui a conduit la jeune fille à s'affamer petit à petit dans le but de mourir. Heureusement, elle a pu être stoppée à temps dans sa tentative de suicide mais n'est pas encore complètement remise de son calvaire.

Tout a commencé en été 2017 dans la petite commune de Wiesendangen, non loin de Winterthour, raconte le journal, où la famille s'est installée. Dès sa première semaine à l'école secondaire, les camarades de Tara se moquent d'elle et la surnomment «tondeuse à gazon», car elle est végane. A la pause de midi, ils changent de table pour ne pas manger à ses côtés. En classe, ils poussent des grognements, la traitent de «truie» et vont jusqu'à lui jeter des livres sur la tête.

Perte massive de poids

La jeune fille s'adresse alors à l'assistante sociale de l'école. Mais cela ne fait qu'empirer. A l'hiver 2018, une camarade lui jette même un pétard dans les cheveux qui commencent à brûler. Tara souffre alors de terreur psychotique, s'isole et pleure énormément. Sans oser raconter toutefois le mobbing dont elle fait l'objet. Un mobbing qui va tellement loin qu'un autre élève lui intime l'ordre par Whatsapp de mettre fin à ses jours.

C'en est trop pour Tara qui décide de se laisser mourir en ne mangeant presque plus. Elle perd massivement du poids au point que le médecin scolaire tire la sonnette d'alarme auprès de ses parents. Ceux-ci poussent alors leur fille à s'expliquer et tombent des nues quand elle leur raconte la violence et les insultes auxquelles elle est confrontée. Et ses pensées suicidaires.

L'école nie toute responsabilité

«J'étais totalement sous le choc», raconte son père qui a aussitôt retiré sa fille de l'école pour la placer dans une clinique psychiatrique. Tara va un peu mieux et a depuis changé d'établissement. Mais il ne comprend toujours pas pourquoi l'école n'a pas envoyé Tara dans une autre classe et comment la situation a pu pareillement dégénérer.

Du côté de l'école, on nie toute responsabilité et on affirme qu'il n'y a pas eu mobbing de l'adolescente selon la «définition technique» du terme, souligne son directeur. Celui-ci estime que l'établissement a en outre réagi correctement. Du point de vue de la direction de l'école et des autorités cantonales, l'école a fait tout ce qui était possible avec le soutien de professionnels, conclut-il.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Theskytrotter le 25.02.2019 22:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lamentable !!!

    Et voilà une fois de plus on en est au point où l'école serait presque entrain d'accuser la victime et la culpabiliser pour se dégager des ses vraies responsabilités...ces situations ne sont pas à prendre à la légère et des sanctions contre l'attitude des dirigeants de ces établissements doivent être prises...

  • John le 25.02.2019 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mauvaise Ecole pour de mauvais élèves

    Inadmissible que l'école n'ait pas fait le nécessaire pour cette élève les profs ainsi que le corps directeur font des études en psychologie des enfants et n'arrivent pas a détecter le stress subis par cette jeune fille c'est horrible car j'ai vécu pareil situation mais à l'époque mes profs avaient réagis et cela c'était quand même bien calmé, cette Ecole nie car ne veut pas être nommé responsable du traumatisme que cette élève a subi c'est inadmissible

  • Angelo Oliveira le 25.02.2019 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mal au Coeur

    C'est vraiment triste ce genre de choses,le monde va très mal..elle est où l'empathie?

Les derniers commentaires

  • Candide Têtaklak le 26.02.2019 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avis de vieux mobbé

    J'ai subi du mobbing à l'école vers 10 ans, puis à 63 ans au travail par le personnel alors que j'étais co-patron. A chaque fois c'est les mobbeurs qui sont sanctifiés et le mobbé puni par fuite des responsabilités d'équité attendue des pairs ou les supérieurs. Et les soi-disant mesures de protection sont en fait l'isolement et l'exclusion de la victime, le mobbé, et le maintien des mobbeurs à leur poste. Je ne dois pas être le seul à avoir vécu ces insanités et le droit suisse mérite une révision urgente, sinon la fuite de la douleur par des moyens aussi efficaces que définitifs se banalisera

  • Lili le 26.02.2019 20:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amour et Soutien aux enfants

    On est trop individualistes. Gardons l'esprit de famille et non l'esprit des réseaux sociaux. Déjà que l'adolescence est une période de confusion totale, où l'enfant se croit indépendant et se détache de ses parents, l'ado se renferme encore plus s'il/elle subit des harcèlements. D'un côté il y a la peur d'être rejeté à l'école (exclusion de fêtes d'anniversaire etc, de groupes WhatsApp...), d'un autre il y a cette indépendance qu'ils veulent prouver à leurs parents... en tant que parent il faut qu'on soit en permanence à leur écoute, qu'on leur prouve qu'on les aime et qu'on ne les juge pas.

  • Lili le 26.02.2019 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Apprenons leur le respect et la confiance en soi

    A l'âge de 5 ans mon fils rentrait triste de l'école et avait peur d'y aller. Un jour il se frottait le visage parce qu'on lui a dit qu'il est sale car il est noir. Je lui ai demandé est-ce que tu as un problème avec ta couleur? Il a répondu non. Est ce qu'il y a quelque chose que les autres font et que tu ne peux pas faire à cause de ta couleur? Non. J'ai parlé au gamin qui le harcelait (qui avait à l'époque 9 ans) puis à la maîtresse et ça s'est calmé. Aujourd'hui mon fils est devenu, heureux, confiant et résiliant et s'entend avec tout le monde. Il prend les choses avec humeur et recul.

  • Lili le 26.02.2019 17:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Solidarité entre parents

    Je pense que le seul moyen de changer cela c'est en se tenant les coudes entre parents. Soutenons-nous et ne soyons pas indifférents aux problèmes des autres car cela pourrait nous arriver à nous un jour. Ce n'est pas le parent de la victime seulement qui doit frapper aux portes du doyen, directeur mais tous les parents parce qu'aucun parent n'aimerait perdre son enfant. Agissons au niveau des communes, cantons, exprimons-nous sur les réseaux sociaux et faisons du bruit. Courage à tous!

  • Jean Luc le 26.02.2019 17:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Indigne

    Quand même incroyable que ce soit un médecin de l'école qui doit remarquer la sous alimentation et pas les parents ! Enfin, pour des véganes, ils affament et font manger des AUT à leurs enfants, harcelée à l'école et sectarisée à la maison, pauvre enfant !