Transports

21 février 2011 12:13; Act: 21.02.2011 12:17 Print

Multiplication des coûts liés à la voiture dénoncée

L'association auto-suisse lance une campagne contre la hausse des coûts liés à la voiture.

Une faute?

Les automobilistes craignent de les voir doubler dans les années à venir si toutes les propositions écologistes aboutissent.

Lors de l'achat d'une voiture neuve, l'acquéreur doit actuellement débourser quelque 1972 francs de taxes administratives en une année, a calculé lundi devant les médias Andreas Burgener, directeur d'auto-suisse. Si tous les projets prévus par l'administration et les groupes politiques aboutissent, «les taxes et impôts bondiront à 4357 francs dans les quatre ans à venir», a-t- il dénoncé.

Dans le collimateur de l'association des importateurs suisses d'automobiles: la hausse de la taxe CO2 sur les carburants, du prix de la vignette ainsi que des droits de douanes et des carburants.

Auto-suisse attaque aussi l'initiative populaire de l'Association transports et environnement (ATE) visant à augmenter les moyens à disposition des transports publics. Déposée en septembre 2010, celle- ci permettrait notamment d'assurer le financement de projets rejetés ou sans cesse reportés, comme la troisième voie CFF Lausanne-Genève.

Un quart des taxes payées par les automobilistes sont actuellement utilisées pour financer les transports publics, rappelle pour sa part auto-suisse.


Pour un Parlement favorable à la voiture

Avec la campagne lancée lundi, l'association entend aussi influencer la politique future des transports publics en s'engageant pour les élections fédérales d'octobre 2011. Elle prévoit de proposer une liste des candidats qu'elle recommande.

En janvier dernier, Doris Leuthard a annoncé vouloir financer à long terme les infrastructures de transport. En attendant une décision du gouvernement sur l'enveloppe à libérer, la ministre des transports prévoit de faire passer les cantons à la caisse, de même que les usagers via une hausse du prix de la vignette autoroutière et des billets et abonnements de train.

Comme auto-suisse, l'ATE voit les propositions du Conseil fédéral d'un mauvais oeil. Elle critique de son côté l'augmentation des tarifs des chemins de fer, qui comporte le risque de voir les usagers se résoudre à reprendre la voiture.

(ats)