Suisse

07 février 2016 08:39; Act: 03.03.2016 03:42 Print

Naturalisations en hausse à cause du texte UDC?

Jusqu'en 2014, le nombre de naturalisations en Suisse n'a cessé de reculer. Mais l'an dernier, la tendance s'est subitement inversée. Le texte de mise oeuvre pour le renvoi des criminels étrangers du parti agrarien pourrait en être la cause.

storybild

(Photo: Keystone/ARCHIVES)

Sur ce sujet
Une faute?

Le nombre de naturalisations a chuté au cours des huit dernières années en Suisse. En 2006, plus de 38'000 étrangers ont reçu le passeport suisse, contre seulement 23'700 en 2014, soit un recul de 38%, indique ce dimanche «SonntagsBlick», qui se base sur des chiffres émanant de l'Office fédéral de la statistique (OFS). En cause, le renforcement des exigences pour obtenir le précieux sésame (lire encadré).

Mais ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Car les données concernant l'an dernier, pourtant publiées fin janvier par l'OFS, n'ont pas été prises en compte par le dominical. Ainsi, en 2015, le nombre de naturalisations a augmenté dans toutes les catégories. Les naturalisations ordinaires sont passées de 23'700 en 2014 à 31'200 l'année dernière. Ce chiffre n'a jamais été aussi élevé au cours des cinq dernières années. Pour les naturalisations facilitées - qui concernent en particulier les conjoints étrangers de ressortissants suisses ainsi que les enfants d’un parent suisse qui ne possèdent pas encore la nationalité suisse - l'augmentation est aussi impressionnante: 8900 en 2014 à 9400 en 2015. Un record absolu. Des recherches de nos collègues de «20 Minuten» montrent que la plupart des nouveaux Suisses - enregistrés en décembre 2015 - proviennent du Portugal, d'Italie, d'Allemagne et du Kosovo.

Etienne Piguet, professeur de géographie et spécialiste de l'immigration auprès de l'Uni de Neuchâtel, pense que l'initiative UDC de mise en oeuvre pour le renvoi des criminels étrangers est une des raisons qui explique la récente hausse des naturalisations. Interrogé par le «Bote der Urschweiz», il estime que le texte agrarien crée un climat d'insécurité pour les étrangers vivant en Suisse: «Certaines personnes se laissent probablement naturaliser pour ne pas prendre de risque en matière de droit de séjour.»


(ofu/ats)