Rapport accablant

15 septembre 2016 13:12; Act: 15.09.2016 16:47 Print

Négociants en pétrole accusés de tuer l'Afrique

par David Maccabez - L'ONG Public Eye a publié jeudi un rapport accablant sur la qualité du carburant distribué dans le continent. Les intermédiaires basés en Suisse sont particulièrement visés.

La vidéo de la campagne de Public Eye.

Sur ce sujet
Une faute?

«Si mon fils voit que j'ai une crise. Il m'apporte mon inhalateur. Il me le tient et appuie pour moi, si je n'y arrive pas toute seule.» Kate Okine, vit à Accra, la capitale du Ghana. Enceinte et maman d'un jeune enfant, elle souffre d'un asthme chronique et puissant, qui nécessite parfois une hospitalisation d'urgence. En cause, selon le docteur Seth Duvor, de l'hôpital général d'Accra, le soufre contenu dans l'essence et le diesel, dont la population respire tous les jours les résidus, dans cette ville qui comptait plus de 2 millions d'habitants en 2013. «Le gaz (NDLR: dioxyde de soufre) attaque les poumons et diminue les défenses immunitaires. Ceux qui le respirent développent alors toutes sortes de maladies respiratoires», poursuit le médecin. Outre l'asthme, les pneumonies et les bronchites sont fréquentes.

Jeudi, l'ONG Public Eye (ex-Déclaration de Berne), a publié le rapport «Dirty Diesel» (diesel sale). Ses conclusions sont alarmantes: les carburants analysés dans huit pays d'Afrique de l'Ouest présentent des valeurs en soufre jusqu'à 378 fois supérieures aux normes européennes (10 mg/kg). Selon elle, les négociants en pétrole établis à Genève, comme Vitol ou Trafigura, profitent des normes beaucoup moins contraignantes que sur le Vieux-Continent: «Ils utilisent cette faiblesse dans la législation pour écouler des produits de mauvaise qualité, dans le but de maximiser leur profit», tonne Marc Guéniat, responsable des enquêtes pour Public Eye. Pire, le rapport avance que «les négociants suisses ne se contentent pas de vendre du diesel et de l’essence toxiques ; ils les fabriquent à dessein, en mélangeant divers produits pétroliers semi-finis à d’autres substances pétrochimiques afin de créer ce que l’industrie
appelle «la qualité africaine».

Cible manquée

Contactés, les négociants balaient ces critiques et renvoient la balle aux gouvernements locaux: «Trafigura est un fournisseur majeur de produits pétroliers raffinés pour un certain nombre de marchés en Afrique de l'Ouest et en tant que tel, il relève de notre responsabilité de proposer des produits fiables et efficaces qui répondent aux exigences des autorités de régulation nationales en matière de carburant, par exemple en commercialisant des mélanges de produits provenant de différentes sources. Ces exigences sont définies par les gouvernements nationaux et ne peuvent pratiquement pas être modifiées par des fournisseurs individuels», écrit le négociant genevois.

Même son de cloche chez Vitol, qui dénonce un rapport «inexact et mal documenté»: «Nous prenons nos responsabilités en matière d'environnement très au sérieux. Nous agissons partout où nous pouvons avoir un impact. Mais Vitol ne contrôle pas la chaîne d'approvisionnement. Nous ne sommes dont pas en mesure de maîtriser la qualité du carburant vendu à la pompe», soutient l'entreprise.

«Certes, les standards sont l'apanage des Etats. Et les pays africains feraient bien de suivre les normes européennes en la matière», admet Marc Géniat. Mais dire que les négociants n'ont aucun rôle à jouer, c'est faux!» Il souligne que Vitol détient des parts dans les stations service Shell en Afrique et que Trafigura, elle, est actionnaire de Puma Energy. «Ils sont au coeur de ce modèle économique. Par ailleurs, le blending (opération de mélange qui intervient après le raffinage du pétrole) est effectué par les négociants. Cet argument est fallacieux!», conclut le responsable enquêtes de Public Eye.

Efforts considérables

Selon l'ONG, une étude du Conseil international pour des transports propres (ICCT) prévoit qu'en 2030, «la pollution de l’air liée au trafic routier causera, en 2030, trois fois plus de décès prématurés en Afrique qu’en Europe, aux Etats-Unis et au Japon réunis.» Et que l'Organisation mondiale de la santé a estimé que «la production et la vente de carburants toxiques sont illégitimes et violent le droit à la santé de la population africaine.»

Or, l'Association des raffineurs africains (ARA), elle aussi basée en Suisse, souligne que, depuis 10 ans, une centaine de réunions avec les autorités politiques et de régulation pétrolière africaines ont eu lieu. «Il en a résulté une amélioration constante des produits vendus en Afrique.» Par ailleurs, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement, l'ARA a édicté une feuille de route donnant des objectifs clairs en terme de qualité qui doivent être atteints d'ici à 2030.

C'est encore trop peu pour Public Eye, qui prévoit une campagne de sensibilisation dans divers pays africains. Elle est soutenue dans sa démarche par des ONG du Ghana, de Côte d’Ivoire, du Nigeria et du Mali.

«Quand le diesel tue en silence», le mini-documentaire de Public Eye

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • genre c'est nouveau le 15.09.2016 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sans rire

    Et ca étonne encore quelqu'un?

  • Robin Db le 15.09.2016 14:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucune réflection, juste le pognon

    La pollution est mondiale, l'europe laisse faire car kl y a de l argdnt a se faire.. l'argent, toujours le meme probleme! Pensez a notre planète et a vos enfants bon sang.

  • Kiki Bouette le 15.09.2016 14:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inhumain

    Inhumain Facile d'aller polluer chez les autres, j'ai envie de faire la même chose dans vos chambres à coucher, chez les trader et négociants... Et là vous verrez comme c'est agréable de respirer la pollution.

Les derniers commentaires

  • Vigousse le 16.09.2016 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A pied pour leur santé

    Il faut leurs supprimer les voitures pour leur santé et à pied de toutes façons ils ont le temps et ils devrait s'adresser à ceux qui les dirigent c'est eux les plus grands magouilleurs.

  • Lotaz le 15.09.2016 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La boucle est bouclée

    Lorsque l'on sait que l'un des meilleurs pétrole brut au monde est produit au Nigéria, qu'il est ensuite raffiné en Europe pour le marché européen et que l'on renvoie les déchets de raffinage en Afrique, faut m'expliquer où est le problème! Il paraîtrait qu'il s'agit là de l'économie circulaire que l'on nous vante tant.

  • DiO DiO le 15.09.2016 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    Je vole en détournant les lois

    Mine d'argent, d'or, de cuivre, de platine, d'uranium, de diamants etc.. tenues par des entreprises internationales qui pille les ressources avec l'esclavage économique et appauvrissent les locaux. Tout a fait NORMAL! Non? La SUISSE est neutre voyons, on ne vous a pas appris à l'école ;-)

  • PartyParty le 15.09.2016 17:43 Report dénoncer ce commentaire

    Que ces pays se responsabilisent

    Que les leaders des pays africains concernés prennent enfin leurs responsabilités en durcissant leurs réglementations sur les importations de carburant et en faisant appliquer leurs lois. Si ces pays veulent être indépendants et responsables un jour qu'ils commencent par agir en faisant le interne dès aujourd'hui. On ne peut pas toujours tout imputer aux pays occidentaux.

  • Sans rire le 15.09.2016 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    L'un des continents le plus "riche"

    "C'est quand le moustique se pose sur tes testicules que tu comprends que la violence ne résout rien" C'est pas facile de se réveiller... quand on est sous anesthésie mon générale.