Emploi

20 août 2019 09:48; Act: 20.08.2019 10:11 Print

Nette baisse du chômage en Suisse

La situation sur le marché du travail s'est améliorée au deuxième trimestre en Suisse avec un taux de chômage qui s'établit à 4,2%.

storybild

Un office cantonal de l'emploi à Genève. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Le taux de chômage calculé selon les indications du Bureau international du travail (BIT) a reculé de 0,4 point sur un an, à 4,2%, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Corrigée des variations saisonnières, la contraction atteint 0,1 point à 4,5%.

Le nombre de personnes actives disposant d'un emploi ont progressé de 1,1% à 5,1 millions. La progression est très marquée pour les femmes ( 2,0%), tandis que la statistique a stagné ( 0,3%) chez les hommes, révèle l'enquête suisse sur la population active (ESPA).

Calculée en équivalents plein temps (ept), la hausse a atteint 1,0%. Le nombre de postes à 100% n'a que légèrement augmenté ( 0,2%) chez les hommes, bien moins que chez les femmes ( 2,3%). La statistique corrigée des variations saisonnières présente une hausse respective d'ept de 0,4% et 0,3%.

Le chômage des jeunes (15-24 ans) a reculé à 6,2%, contre 6,4% douze mois auparavant. Du côté des seniors, la proportion de sans emploi est restée inchangée à 3,9%.

Le chômage de longue durée – soit un an ou plus – concernait 84'000 personnes à fin juin, contre 93'000 au terme du deuxième trimestre 2018. La durée médiane de la période de chômage n'a pratiquement pas bougé, à 269 jours.

Temps partiel en hausse

L'OFS a constaté également un recours plus fréquent au travail à temps partiel, qui concernait à fin juin quelque 1,8 millions de personnes ( 1,9%). Dans ce groupe, 365'000 travailleurs étaient en sous-emploi, c'est-à-dire qu'ils souhaitaient travailler davantage.

Entre avril et juin, la main d'oeuvre étrangère s'est étoffée de 2,7% sur un an, à 1,6 million de personnes. Le nombre de travailleurs suisses occupés a fait du surplace (0,3%) à 3,5 millions. Parmi les étrangers, les titulaires d'un autorisation d'établissement temporaire (permis L ou B) ont connu la plus forte poussée (5,7%). Les frontaliers 1,7% à 320'000 personnes) et les permis C (1,4%) viennent ensuite.

Les titulaires d'un permis L mais qui sont en Suisse depuis moins de 12 mois ont en revanche reculé (-0,6%) dans la statistique.

Calculé sur la base des personnes actives, le taux de chômage publiés par l'OFS permet une comparaison internationale, contrairement aux chiffres du Secrétariat d'État à l'économie (SECO), qui prennent en compte les personnes inscrites à un Office régional de placement. En juillet, le taux de chômage compilé par le SECO atteignait 2,1% de la population.

Avec un chômage BIT à 4,2% de la population active, la Suisse présente néanmoins une situation meilleure à celle prévalant dans l'Union européenne (6,3%) et dans la zone euro (7,5%), malgré des baisses significatives des sans-emploi sur le Vieux continent.

Le chômage des jeunes s'est également contracté, mais reste à un niveau très élevé en Europe, respectivement de 14,1% et 15,6%.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Alain Bonnet le 20.08.2019 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    Et après le chômage ?

    Et les personnes qui ont dépassé le délai cadre, on les compte ou pas ?

  • quel mensonge tous les 15 jours le 20.08.2019 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    stop fakes d'Etat

    On est content pour les frontaliers. Arrêtez avec vos mensonges et regardez les vraies statistique du BIT (Bureau International du travail). La Suisse manipule ses chiffres depuis mars 2018 pour ne pas actionner la clause de sauvegarde sur l'ordre de Bruxelles. Ce n'est pas cette manipulation scandaleuse qui fera baisser le chômage ses Suisses.

  • Jean le 20.08.2019 10:25 Report dénoncer ce commentaire

    Faites votre travail !

    Chiffre qui ne sert strictement à rien sans le coupler avec le chiffre du social !

Les derniers commentaires

  • Kevin le 23.08.2019 07:01 Report dénoncer ce commentaire

    Mais lisez l'article !

    Tous ceux qui dénoncent des "faux chiffres" seraient bien inspirés de lire : les statistiques données sont celles du BIT, qui incluent notamment tous ceux qui sont sortis du système fédéral de comptabilisation du chômage...

  • Fritz le 21.08.2019 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Énorme

    C'est sûr que 0 % c'est énorme comme baisse.

  • huso le 20.08.2019 22:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hahahahaha

    hahahaha chaque année la même chose. statistique? comment font pour compter et parler de statistique il prenne le taux de service sociale, de ce qui sont en fin de droit et tout le reste a mourir de rire une chose de vrai en france le taux de chômage diminue mais bon je dis ça je dis rien

  • stop le 20.08.2019 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour qui?

    Dans la société où je travaille au nom bien suisse la plupart des nouveaux venus sont français. Ils arrivent sans appel d'offres par pistons. Ils ont aucune gêne de le dire car ils deviennent majoritaires et occupent des postes clés grassement payés. Les Suisses sont petit à petit relégués à des tâches subalternes.... La préférence nationale n'est pas respectée...

    • suisse hors stat... par choix le 21.08.2019 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @stop

      ... ai connu la même situation, il y a 10 ans dans une grande entreprise Suisse, suis parti quand le quota de 80% de frontaliers a été atteint ..

  • Mig le 20.08.2019 20:45 Report dénoncer ce commentaire

    au revoir

    Moins une personne au chômage en novembre...moi!!!je pars définitivement