Sécurité routière

16 juin 2011 15:51; Act: 16.06.2011 16:03 Print

Non au permis à durée limitée pour tous

Les permis de conduire ne seront pas tous à durée limitée. Le Conseil des Etats a refusé cette limitation.

Une faute?

Le Conseil des Etats a renoncé jeudi par 24 voix contre 12 à obliger les conducteurs non professionnels à passer un test de vue dès 50 ans pour pouvoir conserver leur «bleu». La limitation donnerait la possibilité de vérifier si la personne satisfait toujours aux conditions nécessaires pour disposer d'un permis et permettrait d'actualiser les données.

Il en va de la sécurité d'autrui, a invoqué en vain Peter Bieri (PDC/ZG). Selon lui, vérifier la vue à 50 puis à 60 ans n'est pas exagéré et ne coûterait que 40 francs.

Environ 90% des informations utilisées pour la conduite passent par les yeux, l'a soutenu Claude Hêche (PS/JU). Les tests volontaires ont montré que 10% des personnes ne voyaient plus assez clair et 40% pourraient nettement améliorer leurs capacités en portant des lunettes ou des lentilles.

Discrimination

Ce serait discriminer les personnes qui prennent de l'âge, a rétorqué Rolf Büttiker (PLR/SO). Aucune statistique ne prouve que les personnes âgées causent plus d'accidents que les jeunes.

L'effort bureaucratique serait trop important, a aussi estimé Christoffel Brändli (UDC/GR) au nom de la commission. Devoir remettre son permis à 50 ans et passer un test d'acuité simplement pour quelques moutons noirs serait excessif. Chacun doit prendre ses responsabilités.

La santé des conducteurs peut être très variable et ne dépend pas toujours de l'âge, a reconnu la ministre des transports Doris Leuthard. Mais cela justifie d'autant plus les contrôles de vue. Le passeport ou la carte d'identité ont aussi une durée de validité limitée. Personne ne conteste la nécessité de le faire pour les conducteurs professionnels, ce serait injuste de ne pas le faire pour tout le monde.

Moins strict, les sénateurs ont aussi renoncé à interdire à des conducteurs de plus de 70 ans de piloter des véhicules transportant plus de huit passagers. Le gouvernement s'y était rallié. Le débat se poursuit.

(ats)