Suisse

18 février 2019 08:54; Act: 18.02.2019 09:45 Print

Nos données médicales suscitent les convoitises

Les leaders de l'économie veulent avoir accès aux données sur la santé. Ils font pression sur le Conseil fédéral pour les obtenir, via le dossier électronique du patient.

storybild

Les médecins vont-ils être obligés de participer au dossier électronique du patient? (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une rencontre secrète a eu lieu le 25 octobre dernier à Berne: elle réunissait deux ex-conseillers fédéraux, Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard, le chancelier de la Confédération, les présidents des plus hautes écoles du pays, des hauts représentants de Roche, Givaudan, des CFF, de Swisscom, UBS, Google et bien d'autres. Au menu des discussions: la numérisation des données médicales, souligne le «Tages-Anzeiger» qui s'est procuré le procès-verbal de la séance.

Un sujet explosif, notamment en raison de la protection des données des patients. Des données qui sont souvent mal protégées, souligne le Tagi qui précise que les progrès en la matière rendent leur protection à 100% quasiment impossible, en particulier à long terme. De plus, contrairement aux données bancaires, celles sur la santé peuvent être utiles sur plusieurs générations.

Lenteur de la numérisation critiquée

C'est justement ces données médicales qui intéressent de près les milieux économiques. Ceux-ci feraient donc pression sur la Berne fédérale pour y avoir accès via le dossier électronique du patient. En 2015, le Parlement a adopté une loi qui donne aux médecins la liberté de participer ou non. Hic: cette liberté freine la diffusion des e-dossiers, ont regretté les participants. Du coup, ils critiquent la lenteur de la numérisation du système, et veulent inciter les praticiens à s'y mettre, idéalement via des mesures incitatives, au pire par des mesures coercitives.

Du côté de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), on a estimé lors de cette séance qu'il fallait mieux informer les médecins des avantages de ce type de dossiers. Et le chancelier de la Confédération, Walter Thurnherr, a, lui, demandé s'il fallait faire davantage pression sur les médecins. Le PLR Thomas Heiniger, président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, a de son côté suggéré d'obliger les praticiens, quitte à leur retirer leur licence en cas de refus. Du côté de Roche, on a lancé l'idée d'incitations financières ciblées pour convaincre les médecins.

Inciter les patients à livrer leurs données

Jürgen Schmidhuber, un pionnier de l'intelligence artificielle, a lui suggéré d'inciter plutôt les patients à gagner de l'argent avec leurs données. Une piste qu'aurait préféré en octobre dernier le ministère de la Santé d'Alain Berset, selon le Tagi, via par exemple des réductions de primes.

Depuis, l'idée aurait été rejetée. Le président du parfumeur Givaudan, qui dirige le projet e-santé, est lui allé plus loin. Selon Calvin Grieder, il faut faire comprendre aux Suisses que «la sphère privée est un luxe pour les personnes en bonne santé», et qu'il fallait donc persuader celles-ci de livrer leurs données.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TheJoker le 18.02.2019 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ça va pas la tête

    Et pis quoi encore, laisser notre vie privée merci

  • Like le 18.02.2019 09:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Données médicales

    Bande de voleurs, inadmissible, donner nous votre compte bancaire, on seras quoi faire avec vôtre argent.

  • Theskytrotter le 18.02.2019 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben voyons !!!

    Donc la Roche voudrait donner de l'argent pour transmettre les données des patient pour leur économie à eux et pendant ce temps on augmente les primes des assurances aux dépends de ces mêmes patients...les données personnelles sont...personnelles si ces sociétés les veulent ils n'ont qu'à nous les demander à nous directement contre espèces sonnantes et trébuchantes non mais on a plus de lait à tirer par contre vous chères multinationales pharmaco vous avez les mamelles pleines...alors à notre tour maintenant !!!

Les derniers commentaires

  • Sirià. Arias le 07.03.2019 07:49 Report dénoncer ce commentaire

    Révoltée et marre

    Scandale!!! Tout est marchandage et profit dans ce beau pays!!! La santé.... un sacré filon! Tout le monde ce remplie les poches et personne dit rien!!!! A quand une révolte en bonne et du forme pour que nous chères politiciens et haut placée, comprennent que la, ce trop et qu'on peut Plus!!!!! Ça suffit!

  • Toto le 20.02.2019 23:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Le CF courtise Google pour gérer nos données ??!!! Les mêmes qui imposent un hébergement onpremise de leurs propres données sur des serveurs dédiés et coupés du monde...Tout le contraire de leurs solutions...

  • Gael le 19.02.2019 09:41 Report dénoncer ce commentaire

    Vous l'avez voulu !

    Vous avez bien voté pour la surveillance des assurances non ? Pourquoi se gêneraient-elles du coup, le peuple leur donne tout pouvoir !

  • Xavier le 19.02.2019 02:22 Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Le fait que cette réunion ait eu lieu en dit long sur la volonté du C.F. ....Nos politiciens ont déjà accepté le principe de donner ces infos ...ils sont juste en train de négocier des dessous de table personnel et très juteux...

  • Michel MARTIN le 18.02.2019 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    Pas invités ?

    Les représentants des associations de patients ou de consommateurs n'ont pas été invités pour nous représenter ...