Santé

06 septembre 2015 13:07; Act: 06.09.2015 14:57 Print

Notre activité sportive surveillée par les caisses?

par Christine Talos - Les assureurs voudraient obtenir les données de nos activités sportives pour nous pousser à bouger plus. Sinon: il faudra passer à la caisse avec des primes plus élevées.

storybild

Aujourd'hui des kyrielles d'appareils permettent d'enregistrer les données de notre santé et nos performances sportives.

Une faute?

En Suisse, près d'un tiers de la population est en surpoids ou obèse. Et si vous travaillez au bureau, il y a de grandes chances que vous ne fassiez pas plus de 4000 pas par jour. Ce qui est largement insuffisant pour se maintenir en forme à long terme. Du coup, votre assureur maladie pourrait se retourner contre vous en vous faisant payer des primes plus élevées.

C'est du moins ce que planifieraient les caisses maladie, si l'on en croit le Blick dimanche. Et celles-ci se serviraient des moyens digitaux actuels, comme les montres intelligentes avec leur cohorte d'applications mesurant les pas effectués, les calories brûlées, les pulsations, ou autre programme fitness effectué, pour connaître les activités physiques de leurs assurés.

Une aubaine

Pour les assureurs, les appareils numériques sont en effet une aubaine car ils leur permettent de dresser le profil-risque de leurs assurés. Selon le Blick, la caisse CSS, l'une des plus grosses du pays, serait même en train de tester en ce sens, avec l'aide de l'EPFZ, quelque 2000 volontaires qui doivent faire 10'000 pas par jour. Leurs pas effectifs sont comptés avec un podomètre et envoyés à l'assureur. Ce projet-pilote doit durer jusqu'à la fin de l'année.

La CSS serait même la pionnière en la matière en Europe, se vante le responsable du projet dans les colonnes du journal alémanique. But du projet: savoir jusqu'à quel point les assurés sont prêts à divulguer des informations personnelles. Car selon le responsable, la digitalisation des données des assurés permettrait de pousser la population à bouger davantage.

Actuellement, les outils numériques ne peuvent être utilisés que dans les assurances complémentaires. Mais la CSS est persuadée que l'assurance de base ne pourrait que profiter de ces données. «Étant donné le coût croissant des soins, nous allons inévitablement promouvoir la responsabilité individuelle pour renforcer finalement la solidarité entre assurés», estime le responsable. En clair: ceux qui ne veulent pas être surveillés devront payer plus de primes!

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jean geule le 06.09.2015 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    quoi de nouveau ???

    c'est bien connu une assurance maladie c'est fait pour assurer seulement les personnes qui sont en excellente santé et qui ne présente aucun risque pour ces pauvres assurances qui nous font raquer depuis des années afin d'assurer leurs conforts

  • cris le 06.09.2015 13:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dictateur

    Non mais la il faut sérieusement arrêter les conneries... Déjà que ces assurances nous saignent jusqu'à l os avec leur prime. Il faudrait commencer par les foutres dehors du conseil fédéral ainsi que les banquiers et laisser la place a des gens normaux. Il faut arrêter le capitalisme et la dictature.

  • toto.m le 06.09.2015 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    La mort de la liberté individuelle !

Les derniers commentaires

  • john carpenter le 07.09.2015 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tellement vrai

    "obéis, consomme, regarde la télévision, marie-toi et reproduis-toi" (invasion los Angeles)

  • Alex le 07.09.2015 16:35 Report dénoncer ce commentaire

    Ahhhh le pognon.......

    Excusez-moi d'être né... je pourrais tomber malade! Ca va dans l'ordre des choses, aujourd'hui si on se fait agresser c'est parce qu'on était là! Fallait pô!

  • Peter le 07.09.2015 16:12 Report dénoncer ce commentaire

    Equilibre

    Tout est une balance et s'équilibre. On reste assis sur notre chaise et on bouge moins, mais il y a des chances qu'on gagne plus que si on faisait un métier plus manuel. En gagnant plus, on peut cotiser plus à la caisse maladie. Par contre, il faut anonymiser les données, en n'affichant qu'un "score santé" afin d'indiquer le taux d'activité de la personne. En somme, il faudrait commencer à récompenser ceux qui s'occupent de leurs santé, car globalement, nous n'allons certainement pas dans une bonne direction.

  • David de Sion le 07.09.2015 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    Pauvre pays... Décidément, en Suisse tout est fait pour nous ponctionner jusqu'au moindre centime... Mais jusqu'où irez-vous?!?!

  • Popoche le 07.09.2015 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Sousous

    Vous avez remarqué la direction que prennent toujours les mesures des assurances? Au lieu de diminuer la prime à ceux qui veulent se faire monitorer ou font du sport, ils augmentent celles de ceux qui ne rentre pas le jeu. Mais pourtant aujourd'hui sans moniteur, les assurances tournent déjà à merveille. Leurs but n'est rien d'autres que des sousous dans la popoche et non la santé!