Suisse

05 février 2019 10:32; Act: 05.02.2019 11:54 Print

Nourriture: les soldats toujours plus exigeants

L'armée doit toujours plus composer avec les habitudes alimentaires de chacun. Cela pour 8 fr. 75 par jour.

storybild

Repas pour la troupe. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est bien connu: les repas que mangent les soldats lors de leur service militaire sont rarement gastronomiques. Normal: l'armée ne peut dépenser pour la nourriture que 8 fr. 75 au maximum par jour et par personne. Mais les choses se sont corsées ces dernières années. En effet, les troupes deviennent toujours plus exigeantes, souligne mardi «20 Minuten».

Pour Jean-Michel Martin, chef du service de restauration de l'armée, ces exigences croissantes sont bien plus problématiques que le prix. Autrefois, il n'y avait que des biscuits militaires pour les quatre-heures, rappelle-t-il. «Aujourd'hui, il y a des biscuits Kambly, des Leckerlis bâlois ou même de la compote de pommes», énumère-t-il. Mais cela ne suffit pas: «De plus en plus de soldats veulent des saucisses supplémentaires.»

Les musulmans, les végétariens, etc.

En outre, leurs habitudes alimentaires changent toujours plus, ce qui oblige les cuisiniers à s'adapter. L'armée doit désormais tenir compte des sensibilités religieuses et de la santé des soldats. Il y a ainsi les musulmans, les végétariens, les intolérants au gluten. Ou encore ceux qui suivent des régimes protéinés.

«Si, il y a vingt ans, quelqu'un ne voulait pas manger des tripes, du foie ou du ragoût, c'était son problème», souligne Jean-Michel Martin. Aujourd'hui, le personnel est formé pour offrir des solutions sans viande à chaque repas. Et ceux qui ne supportent pas le gluten peuvent acheter eux-mêmes leurs produits, remboursés ensuite par l'armée.

«20 Minuten» a interrogé une diététicienne alémanique sur les menus au service militaire. Et celle-ci estime que l'armée propose bien trop de viande. «Deux à trois repas de viande par semaine suffiraient pour une alimentation saine», estime Nicoletta Weber. L'argent économisé pourrait être utilisé de manière plus intelligente, avec davantage de salade ou de légumes, selon elle. Elle estime en outre que l'armée n'a pas à offrir un dessert tous les jours.

(cht)