Suisse

14 novembre 2019 07:46; Act: 14.11.2019 08:07 Print

Nourriture: nos grandes villes gaspillent trop

Les commandes publiques de repas à grande échelle ne prennent pas assez en compte leur impact sur l'environnement, estime Greenpeace.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'impact de l'alimentation sur le climat et la biodiversité dans les 10 principales villes de Suisse est toujours à la traîne, avertit Greenpeace. En dix-huit mois, l'ONG ne relève des progrès qu'à Bienne et Zurich.

Environ 280 millions de repas par an sont servis par des institutions publiques en Suisse, dont une part importante au niveau des villes. Un énorme levier, selon Greenpeace, qui publie mercredi son analyse des directives alimentaires, dix-huit mois après sa première comparaison. Pour mémoire, l'alimentation représente 27% de l'impact environnemental d'un ménage suisse.

Les villes achètent de grandes quantités de nourriture pour les écoles, le système de santé et l'administration publique, soit directement soit en tant que donneuses d'ordres mais elles ignorent «trop souvent ce potentiel», juge l'ONG. Si Bienne et Zurich «ont indéniablement fait des progrès», la majorité des municipalités n'ont fait que des avancées «insignifiantes», tandis que trois d'entre elles «n'ont rien changé» à leurs lignes directrices.

Améliorations à Lausanne et Genève

En dix-huit mois, Bienne s'est donné des critères de durabilité stricts pour la restauration des enfants dans les écoles et l'accueil extrafamilial, constate Greenpeace. L'élément qui lui manque est une stratégie alimentaire couvrant l'ensemble des services de la ville, ajoutent les écologistes.

Les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Winterthour (ZH) réalisent au moins des améliorations ponctuelles. Certaines ont renforcé leurs directives, d'autres ont mené des activités de sensibilisation. L'impression est moins bonne à Lucerne, Saint-Gall et Lugano, qui n'ont quasiment pas progressé aux yeux de Greenpeace.

Du côté des grandes villes romandes sous revue, Greenpeace salue le renforcement des règles pour la restauration scolaire et le fait que la viande est abordée dans les campagnes de sensibilisation à Lausanne. A Genève, l'ONG relève positivement l'intégration de l'alimentation dans le plan d'action du développement durable. Des activités de sensibilisation y sont notamment proposées.

Si ces dix villes souhaitent franchir un palier, Greenpeace rappelle que les critères prioritaires pour ce qui concerne le climat et l'environnement sont, dans l'ordre, la quantité de produits d'origine animale, la réduction du gaspillage, l'agriculture biologique et la saisonnalité.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Sylvie RG le 14.11.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Apprendre

    Il faut apprendre à manger simplement, se resservir est mieux. Même si cela est compliqué !Les enfants du parascolaire ou cantines ou resto devaient le permettre. ABE

  • Lorenzo le 14.11.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Propagande

    5ème article du jour sur l'environnement (3 à la suite dans la rubrique monde). On croirait l'outil de presse du parti communiste.

  • faut les virer le 14.11.2019 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la dictature de gauche continue

    Prochaine étape, rendre les gens végane de force. La dictature de la pensée unique de gauche, comme d'hab.

Les derniers commentaires

  • AT le 14.11.2019 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Too Good To Go

    Pourquoi ne pas plus collaborer avec Too Good To Go?

    • Seb le 14.11.2019 14:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @AT

      Le système too good to go à l'époque ça finissait chez les sans abris. Mais maintenant il faut gratter des centimes jusqu'au bout !

  • Patoche 66 le 14.11.2019 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bouh!

    Propagande socialo -communiste au reviens au temps de Staline !

  • Malcolmx le 14.11.2019 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    non !!! sans blague !?!?

    C'est vrai ? Les riches en auraient rien à foutre de l'environnement et des pauvres ? Et c'est au pauvre de payer pour sauver la planète pendant que les riches continuent de s'enrichir ? Wow ! Je tombe des nus ! Heureusement que le 20minutes est là pour nous rappeler que les riches profitent tjr plus de leur égoïsme dans son intégralité ! MERCI MERCI MERCI

  • Lorenzo le 14.11.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Propagande

    5ème article du jour sur l'environnement (3 à la suite dans la rubrique monde). On croirait l'outil de presse du parti communiste.

    • Maurice le 14.11.2019 12:34 Report dénoncer ce commentaire

      Evolution?

      C est ptete justement parce qu il est temps d'EVOLUER..

    • tutti frutti le 14.11.2019 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lorenzo

      Un parti communiste digne de ce nom prendrait le problème d'une autre façon. Je vous remercie de ne pas insulter tout un mouvement d'idées qu'est le matérialisme-dialectique en l'associant avec l'écologisme prôné par les verts et autres PS. Ne pas oublier que ce sont les plus réactionnaire...

  • Juste Responsable! le 14.11.2019 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sans trop de graisse ni sel!

    Oui rare sont les responsable de ce domaine,de laisser se resservir les enfants de ceux que désirent de plus bien évidement comme les pâtes ou la viande ou poisson.Et sûrement s'il y aurait plus de goût,variétés,moins de gras,et rien avoir avec Fourchette Verte.Les parents sont payeurs et en même temps critiqués car ils n'éduquent pas leurs enfants à tous manger!Que cela soit dans les écoles en cafétéria ou dans des institutions spécifiques, c'est pareil tout dépend de la bonne volonté de l'établissement et du cuisinier,marre de manger à l'eau ou trop gras,On peut donner du goût avec Amour!

    • laferme le 14.11.2019 09:32 Report dénoncer ce commentaire

      t'as pas de travail?

      amen