Suisse

17 juillet 2019 17:35; Act: 17.07.2019 17:42 Print

Distribution d'herbe: oui, mais pas à l'insu du patron

Des études sur la consommation de cannabis récréatif devraient bientôt être possibles. Mais les participants risquent de ne pas pouvoir rester incognito.

storybild

La Suisse compte quelque 200'000 consommateurs réguliers de cannabis.

Sur ce sujet
Une faute?

Souhaiteriez-vous participer à une étude sur la consommation de cannabis récréatif, si votre employeur ou votre école devaient en être informés? Probablement pas. C'est pourtant la recommandation de la Commission de la santé publique du National lors de sa dernière réunion, selon le «TagesAnzeiger».

Le débat sur la révision de la loi sur les stupéfiants avait été relancé en novembre 2017 avec le «niet» de l'Office fédéral de la santé publique à une étude universitaire sur le sujet, faute de base juridique. Mais les quelque 200'000 consommateurs réguliers et le manque de contrôle de la qualité des produits poussent le Conseil fédéral à vouloir légiférer afin d'autoriser des essais pilotes «scientifiques» sur une période de 10 ans. Le nombre de participants à chaque étude serait limité à 5000 personnes.

Trop peu de participants

La Commission du National, la première à être consultée sur le sujet, a accepté ce projet de loi d'une courte majorité en mai dernier. Actuellement, une faible majorité de ladite commission est également favorable à l'instauration d'une obligation d'information, selon le quotidien. Mais cette position ne convainc pas du côté des partisans de la nouvelle législation.

Si l'obligation d'information était acceptée, elle sonnerait le glas des études sur le cannabis, regrette Regula Müller, responsable du service de coordination de la toxicomanie en Ville de Berne. «Nous avons besoin d'un vaste nombre de participants pour que les essais soient réalistes, explique-t-elle. Si les employeurs ou les écoles doivent être informés, trop peu de personnes s'inscriront.» Son sentiment est partagé par les responsables des études sur l'herbe à Bâle et à Zurich.

Pour la conseillère nationale Kathrin Bertschy (Vert'libéraux), membre de la commission favorable à ces essais, l’objectif de l'obligation d'information est de faire capoter le projet de loi. Dans une pétition, l'élue bernoise réclame que cette disposition soit tout bonnement abandonnée.

En attendant les élections

Sa collègue de travail Ruth Humbel (PDC) ne voit pas les choses de la même façon. Les expériences sur le cannabis ne ciblent pas les consommateurs occasionnels, «mais visent à toucher des adultes dépendants», réagit la conseillère nationale argovienne, qui doute du but de ces essais.

Ruth Humbel estime que l'on sait déjà beaucoup de choses sur la consommation de cannabis en Suisse. A ses yeux, ce sont les recherches sur l'utilisation médicale du cannabis - qui n'entre pas dans le cadre de la nouvelle loi - qui sont nécessaires.

La balle est donc toujours dans le camp du Parlement. Mais les choses ne devraient pas se décanter rapidement. La commission attend en effet des rapports de l'administration fédérale, sur la protection des mineurs notamment, avant de terminer ses discussions. Comme les rapports ne devraient pas être disponibles avant octobre, aucune décision ne devrait être prise avant les élections fédérales de cet automne.

(mst)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Achille le 17.07.2019 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Agir maintenant

    Pourquoi une étude de 10 ans qui n'apportera guère plus que ce que l'on sait déjà. Je suis âgé de plus de 60 ans et fume occasionnellement de l'herbe depuis l'âge de 20 ans. J'ai fait une brillante carrière dans la finance, suis marié depuis 41 ans et la consommation d'herbe n'a en rien interféré dans ma vie professionnelle et privée. Il est temps d'arrêter de tergiverser, il faut agir en légalisant le cannabis et ceci dans l'intérêt de tous et plus spécialement dans celui des jeunes consommateurs.

  • Jules le 17.07.2019 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se bouge un peu s'il vous plaît

    Comme d'habitude en suisse on aime faire traîner les choses , à quoi bon faire ce genre de produit pilote ? Tout les autres pays qui ont légalisé ne se sont pas emm**** à faire ce genre de projet , qui à part faire perdre du temps et de l argent à l état ne sert à rien d autre , légalisez une bonne fois pour toute , la qualité sera contrôlée, ça permettra de lutter contre le marché noir, bien évidement pas de vente au moins de 18 ans. 1 2 3 j attend les commentaires des ivrognes qui vont dire que c est de la drogue et que sa détruit les gens :D

  • Alain Bergere le 17.07.2019 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Décidément...

    les politiciens et les citoyens vivent dans 2 mondes bien différents...

Les derniers commentaires

  • Un jeune le 18.07.2019 12:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Légalisez et qu'on en finisse

    Y aura toujours des consommateurs, libre à eux de fumer ou de s'envoyer des trucs dans le corps. Il suffit de voir le nombre de dealers à Lausanne... Il faut légaliser les drogues, les taxer et utiliser les recettes pour combler les trous de l'AVS (et également faire de la prévention). La représsion n'a jamais fonctionnée, l'histoire nous l'a déjà assez enseigné (prohibition à l'époque)...

  • SnoopDogg le 18.07.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Cacahuete

    J ai encore jamais vu 2 fumeurs de joints de taper dessus. Sauf s'il ne reste qu'un paquet de cacahuètes à 4 heures du matin :p

  • Stop hypocrisie le 18.07.2019 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    Vivre avec son temps

    Dire que soit disant nous élus ont fait de longues études pour qu"a la fin ils ne disent que des imbécillités est une certitude. Il est temps mesdames messieurs les politiciens d'ouvrir les yeux et de légaliser la fumette avec les mêmes réglementations que l'alcool.

  • Guillaume le 18.07.2019 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Open bar

    Open bar pour tout... A écouter certain, les gens devraient avoir le droit de faire ce qu'ils veulent donc pourquoi pas, mais pas que pour le cannabis alors... D'autre évoque le fait d'assainir le marché de la drogue, je leur rappellerai que le marché des drogues telles que cocaïne/héroïne/etc... est bien pire que celui du cannabis... On légalise pour assainir...? Le cannabis serait un médicament? Non je ne crois pas, un anti douleur à la rigueur (mais il y a le CBD pour ça), puis les médicaments on ne les prend pas de manière récréative.

  • Alan le 18.07.2019 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La suisse traine

    La suisse, pays de l'innovation! Wait? On est en retard? humhum (tousse)