Santé

21 mars 2011 13:38; Act: 21.03.2011 14:58 Print

Nouvelle campagne pour réduire les IST

«Consulter un médecin quand ça brûle ou ça gratte»: tel est le slogan de la campagne de l'OFSP qui veut réduire les infections sexuellement transmissibles (IST).

Une faute?

Le message diffusé dès lundi dépasse le cadre du sida, étant donné que les IST lui sont intimement liées.

L'un des spot TV montre un conducteur de trax en plein travail sur un chantier en train de perdre les manettes en raison de gratouillis récurrents sur l'entrejambe. Les mises en scène, plutôt humoristiques à l'image de cet ouvrier ou d'une participante à un cours de yoga, incitent le public à consulter un médecin et informer le ou les partenaires sexuels en cas de symptômes.

Cette campagne de prévention s'impose au vu de l'augmentation constante des infections sexuellement transmissibles depuis une dizaine d'années, a déclaré devant la presse Pascal Strupler, directeur de l'Office fédéral de la santé public (OFSP). Elle est d'autant plus importante que ces maladies augmentent le risque d'être infecté avec le virus du sida (VIH).


De simples antibiotiques

Que ce soit les chlamydioses, qui touchent surtout les jeunes femmes, la gonorrhée, dont on a recensé une augmentation de 29% l'an dernier par rapport à 2009 et qui concerne plutôt les hommes, ou la syphilis, toutes ces IST sont guérissables souvent au moyen de simples antibiotiques, contrairement au sida, a rappelé Roger Staub, responsable de la section promotion et prévention à l'OFSP.

Si elles ne sont pas traitées correctement, elles peuvent être à l'origine de maladies chroniques, cancer, infertilité ou complication de grossesse. «Il est très important d'aller consulter dès les premiers symptômes, car ceux-ci peuvent disparaître sans que la personne atteinte soit guérie pour autant», a précisé M. Staub. Le sujet continue alors d'infecter son ou ses partenaires sexuels.


Programme d'ici 2017

Cette campagne s'inscrit dans le cadre du dernier programme de prévention qui vise à réduire d'ici 2017 de moitié le nombre de tests positifs au VIH et de nouvelles IST. Mais l'OFSP s'attend logiquement à une augmentation des cas cette année, résultat d'un nombre accru de consultations chez le médecin. Les spots TV et affiches seront diffusés ce printemps et l'automne prochain pour un budget de 2 millions de francs.

La Fondation suisse pour la santé sexuelle et reproductive (Planes), faîtière des centres de consultation de planning familial notamment, s'est associée pour la première fois à l'OFSP pour relayer le message sur les IST.

(ats)