Suisse

15 décembre 2014 17:45; Act: 15.12.2014 17:53 Print

Nouvelles directives pour la pêche de petits poissons

Les pêcheurs à la ligne sont désormais tenus de mettre à mort immédiatement les petits poissons, en les assommant ou en combinant «rupture de nuque» et coup sur la tête.

storybild

Les autorités fédérales confirment aussi qu'il est interdit de pêcher des poissons dans l'intention de les remettre à l'eau. (Photo: Keystone)

Une faute?

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), en tant qu'autorités de surveillance, ont élaboré des directives pour les autorités cantonales. Le but est de clarifier la situation juridique, écrivent-elles lundi dans un communiqué.

Selon celles-ci, les pêcheurs à la ligne doivent mettre à mort immédiatement leurs prises destinées à la consommation. La méthode usuelle, pour les poissons de plus de 22cm, consiste à étourdir l'animal le plus rapidement possible en lui assénant un coup sur la tête ou en lui brisant la nuque, puis à le mettre à mort au plus vite en le saignant par incision des branchies ou en l'éviscérant.

La saignée des petits poissons de moins de 22cm est par contre jugée difficile à mettre en pratique. Les pêcheurs peuvent donc s'en passer. Pour ces poissons, il faut éviter de recourir à la seule méthode «rupture de la nuque» sans donner un coup supplémentaire sur la tête: mal effectuée, elle risque de paralyser l'animal sans le tuer, écrivent l'OFEV et l'OSAV.

Contrainte interdite

Il est par ailleurs interdit de pêcher des poissons à la ligne avec l'intention de les remettre à l'eau, car il ne faut pas exercer une contrainte sur un animal sans raison valable, indiquent les offices. Et de préciser qu'en Suisse, il n'existe aucun lieu de pêche avec remise à l'eau obligatoire des poissons capturés (secteurs «no kill» ou «catch and release»).

Les poissons appartenant à une espèce protégée ou pêchés durant la période de protection doivent par contre être remis à l'eau après avoir été capturés. Ceci doit se faire immédiatement et en évitant les manipulations comme le fait de les mesurer, les peser ou les photographier, qui sont susceptibles de stresser le poisson, expliquent encore l'OFEV et l'OSAV.

Récemment, la Commission fédérale d'éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH) est arrivée à la conclusion qu'on ne peut pas exclure que certaines espèces de poissons soient dotées de sensibilité.

De l'avis de tous les membres de la CENH, utiliser les poissons avec attention et respect s'impose même en l'absence de certitude absolue au sujet de leur sensibilité à la douleur. Les méthodes d'étourdissement et de mise à mort comme les conditions de détention et de pêche doivent donc être adaptées sur la base de ces nouveaux critères, avait alors indiqué la commission.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jimmy erard le 15.12.2014 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    burocratie piscicole, trop c'est trop. respectez l

    Que la réglementation administrative, proférée et élaborée par des burocrates détenant la science infuse et la sagesse d'un chef de jeu vidéo mmorpg est sage. Ces personnes doivent avoir fait des études olympiques, dans l'antre des dieux. Luttez contre les fraudes et laissez-nous pêcher, comme nous l'ont enseigné nos grands-pères. Avec le respect du poisson et les remerciements à Dame Nature.

  • Gérard Menvussa le 15.12.2014 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle imbécilité

    Et mettre un humain sur un cheval, c'est pas de la contrainte ?

  • marco le 15.12.2014 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    plus forts que nous.

    malheureusement les poissons sont glissants... Et parfois nous échappent...

Les derniers commentaires

  • alrouge le 16.12.2014 18:00 Report dénoncer ce commentaire

    relache du poisson

    bonjours a tous voila encore une loi mais avant de la faire il faudrait juste précisé une chose c'est que si la taille du poisson n'est pas bonne on dois remettre a l'eau le poisson et pas le tué je suis juste un peut déçu que personne ne le dis car c'est une ouverture a tué tous les poisson comme on le souhaite merci a tous

    • William Rogante le 16.12.2014 21:10 Report dénoncer ce commentaire

      Vrais

      Il y a tout dis en une phrase Gérard Menvussa, :- 'Et mettre un humain sur un cheval, c'est pas de la contrainte ?'

  • Yves Meyer le 16.12.2014 17:45 Report dénoncer ce commentaire

    Ecologie de bureau!

    Heureusement que tous les hêtres humains qui ont souffert une fois dans leur vie ne sont pas assommés puis saignés! On ne dit pas que le poisson ne souffre pas quoique et il n'y a aucune preuve qu'ils souffrent, par contre tous les poisson que je remets à l'eau se portent à merveille, la preuve on les reprends certaines fois plusieurs années plus tard! De toute façon le poisson ça glisse, et la loi autorise un pêcheur à relâcher un poisson si il estime que c'est un beau géniteur!

  • or ni car le 16.12.2014 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inutile

    Encore une loi inutile....nos élus n'ont plus la mesure de ce qui est important.Ils réagissent et agissent que sur pression des lobbys...ici le WWF ou une autre organisation de protection des animaux.

  • Ludoho le 16.12.2014 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Le mucus sa glisse ...

    C'est un problème des pseudos défenseurs des animaux ... Faites comme bon vous semble (avec votre conscience) ... Moi, je ferais comme ces dernières années ... et surtout comme il me plaira.

  • Marco le 16.12.2014 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Extrait de la dite directive..

    Comme lindique le commentaire relatif à lart. 23, al. 1, let. a, OPAn, il est possible dans certains cas de remettre à leau des poissons capturés qui rempliraient pourtant les critères pour être conservés. Cela est toutefois uniquement permis lorsquil y a une raison écologique. Il arrive couramment que, motivés par des considérations écologiques, des pêcheurs à la ligne décident de leur propre chef de remettre à leau des poissons capturés qui rempliraient pourtant les critères pour être conservés...