Suisse

31 janvier 2019 11:06; Act: 31.01.2019 22:59 Print

Numérisation lente dans le secteur de la santé

Le constat émane du conseiller fédéral Alain Berset. Les conditions techniques et politiques sont toutefois réunies pour aborder cette transformation.

storybild

Le conseiller fédéral Alain Berset s'est exprimé jeudi en ouverture de la 6e conférence nationale Santé2020. (Photo: Keystone)

Une faute?

Selon la fondation Bertelsmann, la Suisse se place au 14e rang sur 18 du Digital-Health-Rating, un classement en matière de santé numérisée. «La Suisse n'est pas encore au même niveau que les autres pays», selon cette étude que le ministre de la santé a citée jeudi en ouverture de la 6e conférence nationale Santé2020.

Les Suisses ont confiance dans leur système de santé et il faut aborder la transition digitale en le préservant, a déclaré le ministre selon son discours écrit. L'introduction du dossier électronique du patient en est actuellement la clé de voûte et a besoin de la clairvoyance de tous les acteurs de la santé.

Protection des données

Cet instrument devrait améliorer la qualité des traitements et la sécurité du patient. Il nécessite une protection absolue des données. «Nous avançons lentement dans ce domaine et le chemin vers un dossier électronique efficace et exhaustif est encore long», a reconnu le ministre de la santé.

Et pourtant la numérisation dans la santé va bien au-delà du dossier électronique. Le Fribourgeois a rappelé qu'il existait aujourd'hui pas moins de 350'000 «App» pour smartphone dans ce domaine. Deux cent nouvelles sont créées chaque jour. Pratiquement tout un chacun a accès à ces conseils et informations sur son téléphone portable.

Des nouvelles normes?

Ces applications sont bénéfiques pour les utilisateurs mais posent aussi une foule de questions liées à l'éthique, à la qualité, à la formation et à la protection des données. Faut-il de nouvelles dispositions législatives pour les App dans le domaine médical ou à tout le moins des certifications ou des labels de qualité pour l'utilisation et la mise en réseau des données. En 2018, la Confédération et les cantons ont fixé la stratégie Cybersanté Suisse 2.0 qui vise un système de santé plus sûr, plus efficace et de meilleure qualité.

(nxp/ats)