Canton de Lucerne

11 novembre 2019 17:48; Act: 11.11.2019 18:59 Print

Oies décapitées pour fêter la St-Martin

Pour la première fois depuis 1920, une femme a remporté à Sursee (LU) la tradition de la «Gansabhauet», où il faut trancher la tête d'une oie à l'aide d'un sabre.

storybild

Les concurrents portent un masque représentant le soleil et symbolisant la fin de l'été de la Saint-Martin. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La tradition de la «Gansabhauet» à Sursee (LU) a pour la première fois souri à une femme. Les yeux bandés, elle a réussi à couper la tête d'une oie d'un coup de sabre.

La gagnante, une habitante de Pfeffikon (LU), était la cinquième personne à tenter de couper le cou de l'oie. Le public a longuement applaudi au coup de sabre gagnant, a indiqué l'archiviste de la ville Michael Blatter. Pour la deuxième oie, deux coups de sabre ont suffi. Le gagnant du deuxième trophée est un habitant de Sursee.

La tradition veut que le jour de la Saint-Martin, des jeunes gens tentent de couper le cou de deux oies préalablement abattues et suspendues par la tête devant l'hôtel de ville de Sursee. Cette année, 92 hommes et 5 femmes s'étaient inscrits.

Un seul coup de sabre

Chaque concurrent a le droit de porter un seul coup de sabre. Ils sont vêtus d'un manteau rouge et ont les yeux bandés. Ils portent un masque représentant le soleil et symbolisant la fin de l'été de la Saint-Martin. Les vainqueurs peuvent ramener les oies chez eux.

L'origine de cette tradition unique en Suisse est peu claire. Des coutumes impliquant des oies, un bien précieux, étaient jadis répandues dans toute l'Europe. La «Gansabhauet» a disparu de Sursee en 1880, mais a été ressuscitée quarante ans plus tard.

(nxp/ats)