Suisse

27 février 2019 12:05; Act: 27.02.2019 13:08 Print

La saison du carnaval a débuté

Comme chaque année à cette période, les cantons catholiques romands se préparent à basculer dans la folie carnavalesque.

storybild

Réputé le plus ancien carnaval du canton du Valais, celui de Monthey revendique 147 éditions. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Guggenmusik, cortèges et confettis: dès la fin de semaine, les cantons du Valais, de Fribourg et du Jura s'apprêtent à débuter la saison du carnaval. Petit tour d'horizon des festivités à venir.

Réveil des Tschäggättä

Les confettis voleront par millions dès jeudi en Valais. De Saint-Gingolph à la vallée de Conches, le canton changera de visage. La folie carnavalesque s'emparera du canton. Encadrée par une police qui se voudra bienveillante, mais ferme.

Jeudi sonne le réveil des Tschäggättä. Dans le Lötschental, les traditionnels masques de bois démesurés feront fuir les frimas hivernaux et les créatures de la nuit dans un bruyant cortège qui descendra toute la vallée une fois le soleil disparu derrière les cimes.

Le carnaval peut alors débuter. Même si ailleurs des signes avant-coureurs se sont déjà manifestés. Autre lieu, autre masque. A Evolène, ce sont les «Peluches» qui ont charge de repousser les esprits de la nuit. Elles sont à l'oeuvre depuis le 6 janvier et ne s'arrêteront pas avant le 5 mars, jour du Mardi gras.

Le confetti-roi

Et d'ici là, le Valais entier aura sombré dans la folie du carnaval. Au son des Guggenmusik, les confettis s'abattront par centaines de millions sur le Valais au passage des multiples cortèges qui se succéderont un peu partout jusqu'au Mardi gras. Réputé le plus ancien carnaval du canton, celui de Monthey revendique 147 éditions. Et si le carnaval a élu sa princesse, il n'obéit qu'à un seul roi: le confetti. Au point de lui dédier une compétition, le très sérieux championnat du monde de lancer de confettis. A la condition que lesdits confettis soient retrouvés. Le carnaval charge les enfants de retrouver les voyous qui ont cambriolé le stock de confettis. Ils ont l'après-midi du samedi pour rapporter la tonne de confettis subtilisés. Avec la perspective d'une récompense alléchante: une branche de chocolat et bien sûr un sac de confettis.

Président congédié

Tout aussi sérieux, le carnaval de Sion réveillera son sorcier jeudi soir au son de la Guggenmusik locale «éKsaPPeTTe». Dès la tombée de la nuit, le président de la ville sera mis en congé jusqu'à Mardi gras. La ville sera alors véritablement ensorcelée et ne pourra lutter contre la vague de cortèges qui se succéderont jour après jour. St-Maurice n'a pas la réputation d'être le plus vieux carnaval du canton, mais revendique tout de même une 169e édition aux sonorités musicales des plus folles années disco. A Brigue, la ligue des turcs, née d'un différend avec la Berne fédérale en 1903, mais composée de Brigands pur jus, ouvre sa «Kasbah-Fest» et prétend au titre de Mecque du carnaval haut-valaisan.

Qui dit carnaval, pense aussi cortège. Ils sont nombreux, un peu partout. Et multiples aussi. La dénomination «grand cortège» prend ainsi tout son sens. Le plus souvent, il faudra attendre dimanche pour y assister. Et bien sûr à Monthey il se clôture par une bataille de confettis. Seul Sion fait figure d'exception avec son grand cortège programmé samedi.

La folie qui s'empare du Valais reste pourtant bien encadrée. La police veille au grain. Elle renforce ses effectifs sur le terrain pour toute la période. Dans un but préventif essentiellement, écrit-elle dans un communiqué. Les actions de répression seront ciblées sur les conducteurs mettant gravement en danger les autres usagers. La police a aussi réalisé un clip vidéo qu'elle diffuse sur les réseaux sociaux.

Le Carnaval des Bolzes commence samedi

Le Carnaval des Bolzes, à Fribourg, déroulera ses fastes cette année de samedi à mardi. Le point d'orgue de la manifestation, qui a fêté ses 50 ans en 2018, sera constitué par le grand cortège du dimanche.

Le grand cortège du Carnaval des Bolzes est devenu une tradition offrant un spectacle haut en couleur, rappellent les organisateurs dans la présentation de la 51e édition. Il sera composé de 25 chars satiriques et groupes ainsi que de 8 guggenmusiks. Les écoles de la ville participeront en apportant pas moins de 1500 élèves.

Le carnaval donne lieu au procès du grand Rababou, suivi de sa mise à mort, toujours le dimanche. Le Rababou symbolisait autrefois le rababouêt ou voleur de bois. Ce bonhomme hiver, aux allures de poupée grimaçante, dont la taille dépasse 10 mètres, est rendue coupable de tous les maux.

La manifestation, qui propose aussi son journal de carnaval La Baffe, débutera le samedi à 17h00, avec notamment un défilé de nuit. Le lundi constituera le rendez-vous du bal masqué, place du Petit-St-Jean. Le mardi, il y a aura un autre cortège, suivi de la disco des enfants.

Coup d'envoi en novembre

Les Bolzes sont les habitants de la basse ville de Fribourg, du quartier de l'Auge. La zone est historiquement un quartier populaire à majorité germanophone, alors que le chef-lieu est largement francophone.

Le coup d'envoi de la 51e édition du Carnaval des Bolzes a été donné en fait le 11 novembre dernier à 11h11, comme le veut la tradition. Les guggenmusiks Les Trois canards et Les Canetons se sont alors produites sur la place du Petit-Saint-Jean, devant un public nombreux.

Début vendredi des festivités dans le canton du Jura

Le canton du Jura se prépare également à vivre un week-end de folies carnavalesques. Les chars et les cliques vont défiler dimanche dans les rues du Noirmont, de Delémont et de Bassecourt devant plusieurs milliers de spectateurs.

Le coup d'envoi des festivités sera donné dès vendredi 1er mars avec la publication des traditionnels journaux satiriques. Ces revues qui s'arrachent dans les kiosques brocardent les personnalités et reviennent sur les faits marquants de l'année écoulée. Au Noirmont, la 56e édition du carnaval des Franches-Montagnes, le «Carimentran», a choisi pour thème le «Carnaval chez les Helvètes». La manifestation s'inscrit dans la continuité avec les cortèges, les concerts de cliques et les concours de masques. Le grand cortège dimanche rassemblera de nombreux chars et neuf cliques.

La fête battra également son plein à Delémont, rebaptisée pour l'occasion «Trissville». Le cortège humoristique dimanche sera sans conteste le point fort de ces réjouissances carnavalesques. Cette année, il a pour thème les dessins animés avec comme intitulé «Cartoon's City».

A quelques kilomètres de là, la foule suivra à Bassecourt le cortège humoristique qui se déroule aussi dimanche sur le thème «Faites du Bruiiiit». Le carnaval du Jura attire chaque année quelque 25'000 personnes. Comme dans le reste du canton du Jura, la fête à «Patadorf» va se prolonger jusqu'à mercredi à l'aube.

(nxp/ats)