Paquet fiscal/AVS

19 mai 2019 11:34; Act: 19.05.2019 17:35 Print

La deuxième tentative a été la bonne

Le peuple suisse s'est prononcé dimanche en faveur de la réforme alliant fiscalité et financement de l'AVS.

Sur ce sujet
Une faute?

La deuxième fois a été la bonne. La réforme de l'imposition des entreprises, couplée cette fois à un financement de l'AVS, a passé haut la main (66,4%) le cap des urnes dimanche. Tous les cantons ont accepté le projet.

La Suisse a dû s'y reprendre à deux fois pour trouver une solution qui lui permette à la fois de répondre aux attentes internationales et d'être acceptée par la population. La première tentative, vivement combattue par la gauche, était jugée trop déséquilibrée. Le peuple avait largement dit «non» en février 2017.

Compromis

L'enjeu restait le même: la Suisse renonce aux statuts fiscaux spéciaux accordés aux multinationales mais prévoit parallèlement de nouveaux allègements pour ne pas tuer la poule aux oeufs d'or. Un compromis trouvé aux Chambres fédérales a permis de revoir la voilure du projet et de rallier une partie de la gauche.

La réforme a notamment été couplée à un apport de près de deux milliards à l'AVS. Cette mesure permettra au premier pilier de souffler pendant un moment alors que des mesures s'avèrent nécessaires pour répondre aux menaces de déficits qui pèsent sur l'assurance.

Des limites ont été posées au principe de l'apport en capital, qui a permis de distribuer des milliards de francs libres d'impôt aux actionnaires. Des concessions ont aussi été faites à la droite sur l'imposition des dividendes et au canton de Zurich sur les intérêts notionnels (déduction d'intérêts fictifs).

Soutien en Suisse romande

La nouvelle mouture a satisfait quelque 1,541 million de votants. Les plus forts soutiens sont venus de Vaud (80,7%), qui applique déjà sa propre réforme, suivi de Neuchâtel (72,4%) et du Valais (71,8%). Fribourg a dit «oui» par 68,4% et le Jura par 67,9%. L'acceptation est moindre à Genève (62,2%), qui a donné son aval à une loi cantonale dans la foulée.

Soleure, qui a de son côté refusé parallèlement et de justesse l'application cantonale de la réforme, n'a accepté le projet fédéral que par 58,6%. Le soutien était aussi bien inférieur à la moyenne à Berne (60,4%), où le Jura Bernois se distingue avec 62,6%, et en Argovie (62%).

Grâce à ce résultat, le ministre des finances Ueli Maurer espère voir la Suisse rayée de la liste grise des pays peu coopératifs de l'Union européenne.

Le «oui» de dimanche est, pour le grand argentier, un signal important pour la sécurité du droit et l'emploi. Evoquant l'unité de la matière contestée par certains entre AVS et projet fiscal, le président de la Confédération a estimé qu'elle était acquise pour la population car il y avait un équilibre entre les deux volets.

Les deux milliards de francs qui devraient être versés dès l'an prochain au fonds AVS sont une bonne nouvelle, s'est réjoui Alain Berset. La réforme en cours du 1er pilier va être adaptée. La hausse de la TVA sera moins forte que prévu, de 0,7 point au lieu de 1,5.

Nouvelles batailles

La bataille n'est pas finie pour autant. Le parti socialiste prépare une initiative populaire visant à freiner la concurrence fiscale entre les cantons, vient d'annoncer son président Christian Levrat. Le texte vise à imposer un taux plancher d'imposition dans toute la Suisse.

Les cantons n'auraient ainsi pas les mains aussi libres pour taxer les bénéfices des entreprises. Ce volet de la réforme de l'imposition des entreprises n'était pas formellement contenu dans le projet fédéral.

Le projet du PS montre bien que la gauche n'est pas à l'aise avec ce risque de sous-enchère fiscale intercantonale, relève Céline Vara, vice-présidente des Verts suisses opposés à la réforme.

La droite considère elle cette proposition comme non avenue. Le peuple peut se prononcer au niveau cantonal par le biais du référendum, rappelle la directrice de la chambre du commerce et de l'industrie vaudoise Claudine Amstein.

Le débat est également relancé sur l'AVS. Tout le monde s'accorde sur le fait que le financement supplémentaire pour l'AVS n'est qu'une solution temporaire. La gauche estime que le Parlement peut désormais se donner le temps de trouver une solution juste et équilibrée. La droite en revanche est convaincue de la nécessité d'une réforme immédiate qui passe notamment par l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marie Marie le 19.05.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Opacité

    Beaucoup de citoyens ce sont sentis manipulés. Pourquoi mettre deux sujets qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre

  • BulletinBlanc le 19.05.2019 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vote plus

    Entre la manipulation par le Conseil fédéral et des médias gouvernementaux, avec le peu de gens qui votent et les tricheries lors des dépouillements on a de la peine à croire à l'authenticité des résultats

  • La Grosse le 19.05.2019 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les moutons ont voté

    On va rigoler, lorsque les prestations sociales diminuront.

Les derniers commentaires

  • Kelkata le 20.05.2019 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres moutons

    Bravo! La Suisse c'est définitivement fait pour les super riches ou les cas sociaux. Malheur à toi si tu es dans les con-tribuables du milieu....

  • Luis Simoes De M. le 20.05.2019 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il avait raison mon daron!

    Il me disait tu verras quand tu pourras voter, ils mettent plusieurs fois le même objet en votation jusqu'à ce qu'il passe. MDR. Tellement vrai. J'attends plus que la prochaine initiative lancée par le GSSA. C'est top !

  • Blague politique le 20.05.2019 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    Faut faire péter...

    ... le taux d'abstention. Pas de votes, pas de décision prise et pas de regrets :)

  • So! le 20.05.2019 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes

    Malheureusement nous sommes fautifs. Les jeunes ne votent pas, ne s impliquent pas parce qu on ne leur explique pas les choses. On ne leur donne pas envie de s intéresser et pourtant avec tous ces réseaux sociaux ce serait si facile... si ils savaient exactement et simplement....je peux vous assurer une chose ! Si savaient qu ils devaient mettre la main au porte monnaie..ils voteraient tous!!! Ils s en fichent et ne savent même pas ce qui se vote et c est de notre faute. On ne leur explique pas.

    • Pat Acord le 20.05.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

      Pas d'accord

      Il devraient peut-être aussi faire l'effort de se renseigner, surtout que cela les concerne.

  • ptit rapporteur le 20.05.2019 06:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme si bien dit

    Le paquet fiscal, pour mieux tromper les citoyens