Assurance chômage

11 mars 2011 15:11; Act: 11.03.2011 15:14 Print

Pas de sursis pour les chômeurs

Le Conseil fédéral a confirmé vendredi que la révision de l'ordonnance sur l'assurance chômage entrerait en vigueur le 1er avril, mais il fait une concession aux milieux culturels.

Une faute?

La nouvelle loi approuvée par le peuple en septembre dernier allonge la durée des cotisations donnant droit aux indemnités de chômage. Dans les professions où les changements fréquents d'employeurs sont usuels, les 60 premiers jours de cotisation compteront toutefois double.

Le gouvernement voulait appliquer cette règle durant 30 jours, mais les milieux culturels ont plaidé pour 90 jours, arguant qu'ils avaient besoin du chômage pour combler les trous entre les engagements. A la satisfaction du Syndicat suisse romand du spectacle, le texte définitif de l'ordonnance coupe la poire en deux.

Les périodes de cotisation accumulées dans le cadre de mesures de réinsertion sur le marché du travail financées par les pouvoirs publics ne seront plus prises en compte. Les cantons devront veiller à l'application de la mesure.

500 francs minimum

Une exception disparaît pour les travailleurs à domicile: ils ne pourront plus toucher le chômage dès un gain de 300 francs par mois. Le relèvement à 800 francs du plancher de gain assuré pour les autres travailleurs ayant été critiqué en consultation, l'ordonnance prévoit que tout le monde devra avoir gagné au moins 500 francs par mois pour pouvoir timbrer.

Les chômeurs devront également élargir leur périmètre géographique de recherches. Un emploi sera désormais considéré dans la région de domicile de l'assuré s'il est accessible en transports publics dans un rayon de 50 kilomètres. La limite était jusqu'ici de 30 kilomètres.

Les bénéficiaires de l'assurance n'auront pas jusqu'au 10 du moins suivant pour en remettre la preuve, comme le prévoyait le projet. L'échéance reste fixée au 5, a-t-il été décidé à l'issue de la consultation.

Si les indemnités d'un assuré sont suspendues en raison de son comportement fautif, il ne sera en revanche pas soumis à une période d'observation de 5 ans. Les critiques émises sur cette disposition en ont eu raison.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jails@bluewin.ch le 11.03.2011 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    Mascarade

    C'est sûr, qu'une fois que l'on aura transformé un chômeur en assisté social, il fera beaucoup moins de vague. C'est une façon honteuse de gérée un nouveau terme (déficits structurelle) de "langue de bois positive". Dans un monde qui n'a pas peur des mots et d'affronter ces problèmes, on appellerait ça des dettes et leur cause des erreurs de gestion. Mais c'est beaucoup plus sympathique de se dire que l'on a bien gérer le problème. (la patate chaude)

  • Adieu_monde_social le 11.03.2011 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui...

    ...le peuple suisse a voté en faveur de cette loi. Donc aucune raison de se plaindre. Mais bon si ça continue comme ça, dans 10 ans il n'y aura même plus de service social... Bon week-end quand même, et courage pour les chômeurs !

  • Manon le 11.03.2011 23:04 Report dénoncer ce commentaire

    raz le bol

    mais il faudrait que dans tous les cantons frontaliers, on puisse puiser chez les chômeurs avant d'engager des étrangers. Arrêtez de dire que le peuple suisse n'est pas intelligent!

Les derniers commentaires

  • mad4max le 12.03.2011 14:33 Report dénoncer ce commentaire

    A quand la prochaine tonte?

    Que l'on veuille durcir, changer, pousser les gens dans leurs derniers retranchements, passe encore... Mais c'est la première fois de ma vie que je vois passer une loi avec un effet rétroactif... En effet, ça aurait été normal que tout nouveau chômeur qui tombe dans cette spirale, dès le 1er avril, soit soumis à ces nouvelles règles.... Mais ce qui est inadmissible, hallucinant dans un pays de soi-disant droit, c'est qu'on applique cela aussi aux chômeurs qui sont déjà dans un délai cadre... Mais, comme d'hab, dans ce pays, on préfère tondre les mal lotis car on sait bien qu'ils n'ont pas de moyens

  • Manon le 11.03.2011 23:04 Report dénoncer ce commentaire

    raz le bol

    mais il faudrait que dans tous les cantons frontaliers, on puisse puiser chez les chômeurs avant d'engager des étrangers. Arrêtez de dire que le peuple suisse n'est pas intelligent!

    • David le 12.03.2011 21:51 Report dénoncer ce commentaire

      En effet

      Commençons par interdire laccès aux postes de RH aux frontaliers ! Il n'y a bientôt plus qu'eux dans les RH... et pas seulement dans les RH...

  • Jails@bluewin.ch le 11.03.2011 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    Mascarade

    C'est sûr, qu'une fois que l'on aura transformé un chômeur en assisté social, il fera beaucoup moins de vague. C'est une façon honteuse de gérée un nouveau terme (déficits structurelle) de "langue de bois positive". Dans un monde qui n'a pas peur des mots et d'affronter ces problèmes, on appellerait ça des dettes et leur cause des erreurs de gestion. Mais c'est beaucoup plus sympathique de se dire que l'on a bien gérer le problème. (la patate chaude)

  • fred le 11.03.2011 17:55 Report dénoncer ce commentaire

    Et on veut acheter des avions de combat...

    Des rats, bravo les politiques

    • Eric le 14.03.2011 09:04 Report dénoncer ce commentaire

      savoir de quoi on parle!

      OUi, la fabrication permettra de créer 800 emplois directement en Suisse romande !

  • Adieu_monde_social le 11.03.2011 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui...

    ...le peuple suisse a voté en faveur de cette loi. Donc aucune raison de se plaindre. Mais bon si ça continue comme ça, dans 10 ans il n'y aura même plus de service social... Bon week-end quand même, et courage pour les chômeurs !