WEF 2020

20 janvier 2020 20:37; Act: 20.01.2020 20:38 Print

Economie mondiale: les boss suisses pessimistes

Une étude rendue publique ce lundi à Davos démontre que les responsables d'entreprises suisses voient l'avenir économique mondial d'un oeil encore plus sombre que leurs homologues.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Jamais les grands patrons suisses n'ont été aussi pessimistes. Au total, 54% estiment que la croissance économique mondiale va reculer en 2020. Un point de plus que leurs homologues mondiaux en moyenne, selon l'étude dévoilée lundi à Davos (GR) par le cabinet PwC. En revanche, ces dirigeants sont plus optimistes pour l'économie suisse.

L'année dernière, les patrons suisses n'étaient que 47% à anticiper une baisse de la croissance économique mondiale dans cette même évaluation, publiée à la veille de l'ouverture de la 50e édition du Forum économique mondial (WEF). Cette année, comme leurs homologues mondiaux, ils mentionnent trop de régulation et les tensions commerciales comme principales inquiétudes. Pour les patrons Suisses, les cybermenaces arrivent en troisième position.

Malgré cet indicateur pessimiste, ceux-ci sont plus de 80% à prévoir de meilleures affaires pour leur entreprise. Bien davantage que la moyenne de 73% de leurs homologues. Autre donnée, la moitié de ces Suisses pensent engager du personnel en 2020 et 69% sont inquiets sur la capacité de leurs employés à affronter les défis à l'avenir dans un contexte de changements technologiques. Pour autant, la Suisse est l'un des pays où le lancement de dispositifs de formation continue est le plus lent.

Et la moitié des patrons suisses ne pensent pas que les efforts contre le changement climatique s'accompagneront de nouveaux produits ou prestations. Ils ne sont que 31% dans le monde. «Les patrons en Suisse sont bien plus optimistes pour le développement de leurs entreprises et l'économie nationale que leurs collègues mondiaux», a expliqué le patron de PwC Suisse, Andreas Staubli.

Une composante qu'il attribue à la sécurité juridique et au consensus de la situation économique dans ce pays. Les patrons suisses sont plus nombreux que leurs camarades étrangers, 50% contre 43%, à penser que la société va se diviser et que des manoeuvres politiques vont être menées. Près de 1600 patrons de 83 pays ont participé à cette étude, dont plus de 90 en Suisse.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Amélie J le 20.01.2020 21:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    WEF

    Réunion de riches qui vont discuter autour de Champagne et petits fours des différentes solutions pour eux s'enrichir toujours plus et appauvrir la population mondiale.

  • Fiddlestick le 20.01.2020 21:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien à f.....

    Les gens achète de plus en plus local et perso si je peux me permettre de faire gagner moins d'argent à ces sans foi ni loi cela me pose aucun soucis. Le seul point sombre c'est que ce sont les employés qui en paient le prix malheureusement.

  • VivaDingDong le 20.01.2020 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fin du schéma

    Avec un chômage caché grandissant, une réforme des retraites à la baisse, les + de 50 ans qu'on vire systématiquement... tout montre que l'avenir n'est pas au beau temps..... Et .... avec ça on continue à dire que tout va bien???? Cherchez l'erreur.... Et pour nos jeunes qui se lancent, dites-vous bien que si on vire les >50ans aujourd'hui, vous avez bien des chances de ne plus avoir à travailler que jusqu'à 40.... après c'est .... .... .... fini:-)

Les derniers commentaires

  • Turoti Mater le 22.01.2020 10:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Manipule à Sion, non à Davos

    Associer la décarbonisation de la planète a une récession générale est le leitmotiv des quelques riches pollueur qui veulent le rester....pollueurs, car on amasse pas des milliards vite sans polluer la planète ni la monstre contribution de milliards de pollués payeurs,. C'est alors qu'on comprendra qu'il faut taxer le sale, tout le sale tout le CO2, et exonérer le propre, le local, le bio, le renouvelable, le propre, pour inciter et généraliser les bons comportements. Le reste, c'est du Pipo pour anesthésier les masses laaborieuses et polluées.

  • Paul Hisson le 21.01.2020 16:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte à lui.!

    Lorsqu 'on voit le patron de la Migros pleurer à la TV car son chiffre d'affaires a baissé de 1, 7% en 2019, on a tout de suite envie de se précipiter chez Landi ou Lidl !

  • ganache le 21.01.2020 14:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pessimisme...

    C'était prévisible depuis de nombreuses années... mais ce "surdéveloppement" et la course au "pognon" vont nous envoyer droit dans le mur .

  • Mandala le 21.01.2020 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    perte et profits

    mais qu est-ce qu il faut pas faire pour éviter d augmenter ces employés...c est fou y faut aller a Davos en bagnole ou en hélico discuter du climat... tirer la tronche et dire on est pessimiste tout ça devant des petits fours et coupe de Champagne... et moi avec mes 16 francs de cout de la vie moins les déductions. chouette je vais pouvoir m acheter...euh rien du tout.

  • PETER Marc-Olivier le 21.01.2020 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    La préservation énergétique ou l'argent?

    Dans le vocabulaire des couturiers seulement, patron est synonyme de modèle. Pour la préservation des acquis terrestres c'est le rapport à la vision économique des décideurs et hauts cadres qu'il faut changer car le climat c'est à quoi on s'attend et la météo c'est ce qu'on mérite d'avoir. Le temps c'est de l'énergie à préserver car le temps ne peut plus être de l'argent !