Santé

08 avril 2019 14:06; Act: 08.04.2019 15:02 Print

Pétition des pharmaciens pour renforcer les soins

Le Conseil fédéral prévoit des mesures d'austérité qui touchent les patients plus vulnérables, s'inquiète PharmaSuisse. Qui a lancé une pétition en faveur des soins primaires.

storybild

PharmaSuisse craint que les mesures d'économies sur lesquelles le Conseil fédéral a ouvert la discussion n'impactent ceux qui procurent les soins primaires. (Photo: Keystone/archives/illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La Société suisse des pharmaciens a lancé lundi une pétition contre les mesures d'austérité prévue dans la santé. Ces coupes touchent les patients plus vulnérables: les personnes atteintes de maladies chroniques et de maladies graves, prévient PharmaSuisse.

Au lieu de renforcer les soins de premiers recours personnels, dispensés par les pharmaciens, les médecins de famille et les soignants, le Conseil fédéral prévoit «une multitude de mesures d'austérité non coordonnées», regrette PharmaSuisse dans un communiqué. L'organisation faîtière des pharmaciens a donc lancé une pétition pour appeler au renforcement de ces soins primaires.

Préoccupée

Les pharmacies ne représentent que 4,2% des primes de l'assurance maladie et une série de mesures a déjà permis des économies de plusieurs centaines de millions de francs, rappelle PharmaSuisse. Elle craint que les mesures d'économies sur lesquelles le Conseil fédéral a ouvert la discussion en septembre n'impactent directement ceux qui procurent les soins primaires.

PharmaSuisse est particulièrement préoccupée par la réduction de la part relative à la distribution, c'est-à-dire du montant que les pharmacies, les médecins et les hôpitaux reçoivent pour leurs prestations logistiques. Le Conseil fédéral entend ainsi économiser environ 50 millions de francs par an.

Prix de référence pour les médicaments

Les pharmaciens critiquent également l'introduction prévue d'un système de prix de référence pour les médicaments génériques. Le Conseil fédéral veut introduire un système de référence pour les médicaments dont le brevet a expiré afin de réduire les dépenses maladie. L'assurance obligatoire ne rembourserait que ce prix et pas au-delà. Cela pourrait permettre de réaliser jusqu'à 480 millions d'économie.

Pour PharmaSuisse, ces coupes pourraient menacer les officines déjà sous pression. Environ 20% des pharmacies connaissent des difficultés financières en raison de revenus faibles et selon une étude mandatée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), les mesures d'économies se traduiront par la fermeture de pharmacies. Une situation qui risque «d'accélérer la concentration des soins médicaux dans les seuls endroits très fréquentés», prévient PharmaSuisse.

Les pharmaciens participent déjà aux économies, notamment avec les baisses du prix du médicament décidées chaque année, mais également «en proposant des solutions appropriées aux clients». Ils offrent un large éventail de prestations de soins primaires qui bénéficie à la population et aux autres prestataires, souligne PharmaSuisse.

Avec la pétition «Bien soigné, demain aussi», les pharmaciens veulent «rappeler au Conseil fédéral ses obligations constitutionnelles d'assurer des soins médicaux primaires accessibles et de haute qualité». Ils récolteront des signatures durant deux mois.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justine le 08.04.2019 16:05 Report dénoncer ce commentaire

    Lobbys des pharmas

    Ces 20% de pharmaciens qui galèrent ne sont certainement pas dans les grands groupes de Gallénica comme amavita et sun store qui n'ont que quelques pharmaciens diplômés et ce serait bien dommage de pénaliser ces pharmacies indépendantes avec toujours un pharmacien à disposition et de bons conseils. Taxez ces groupes certainement dans les lobbys et laissez vivre nos vraies pharmacies.

  • Claude le 08.04.2019 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mettons fin à cette hypocrisie !

    On se trompe de cible ! Il faudrait plutôt avoir réellement le courage de s'en prendre au vrai problème, à savoir le prix des médicaments qui sont imposés en Suisse par l'industrie pharmaceutique, avec la complicité tacite des uns et des autres...

  • Antoine le 08.04.2019 15:52 Report dénoncer ce commentaire

    Non à BENU

    Plus du tout envie de me rendre dans une pharmacie à Fribourg nous sommes envahie par BENU bientôt plus que eux dans la ville.

Les derniers commentaires

  • Petit Nain le 08.04.2019 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médicaments

    Pourquoi les médicaments sont ils Si chers en Suisse ?? Moi, je vais en France les acheter même si je ne me fais pas rembourser par ma caisse maladie Ex: une boite d'antibiotiques coûte 9 , cherchez l'erreur! Paracétamol: 1, 30

  • lulu le 08.04.2019 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vrai

    la meilleure preuve que les prix des médicaments à baissé en Suisse est que de plus en plus il a des ruptures d'approvisionnement car le marché suisse n'est plus servi en premier.

  • Daniel Laurent le 08.04.2019 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut s'attaquer au vrai problème

    L'office fédéral de la santé n'a pas le courage de s'attaquer aux vrais problèmes. Tout le système doit être refait, il faut instaurer une caisse d'assurance unique et diminuer ainsi les frais administratifs. La caisse d'assurance doit faire un vrai travail de contrôle sur les médecins et les hôpitaux, car c'est eux qui engendrent 96% des coûts de la santé. Les pharmaciens font déjà beaucoup d'efforts pour baisser les coûts. Juste pour info les 1ers 17 francs sur une facture de médecin correspondent au Bonjour prononcé par le médecin, mais personne ne le sait.

  • Arlette le 08.04.2019 19:29 Report dénoncer ce commentaire

    Ils augmentent les prixcomme ils veulent

    Moi j'aimerai beaucoup avoir le prix inscrit sur les boîtes de pilules, car depuis l'année dernière ma pilule ménopause à augmenter de 3.- = 36.-par année , j'ai constaté sur le décompte de l'assurance mais comme les prix sont plus indiqués comment vouloir contrôler et éventuellement changé de marque si moins chère

  • Claude le 08.04.2019 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mettons fin à cette hypocrisie !

    On se trompe de cible ! Il faudrait plutôt avoir réellement le courage de s'en prendre au vrai problème, à savoir le prix des médicaments qui sont imposés en Suisse par l'industrie pharmaceutique, avec la complicité tacite des uns et des autres...

    • Icing le 08.04.2019 18:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Claude

      Ils coûtent plus chers oui c'est vrai ! Comme le kg de beurre le lait le jambon le plombier les voitures les tv les habits les chaussures les assurances les loyers le cinéma le resto la disco le coiffeur la piscine ........ Hé oui tout ce tient