Grisons

14 septembre 2016 17:44; Act: 14.09.2016 17:44 Print

Pieds de femmes filmés en douce pour un site porno

Depuis plusieurs mois, un fétichiste s'amuse à filmer des passantes aux Grisons pour ensuite poster ses vidéos sur une page web X. La police a connaissance des enregistrements.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme s'amuse depuis un certain temps à alimenter un site porno avec des vidéos tournées secrètement dans les Grisons. L'un de ses enregistrements s'appelle «Hidden Handycam RHB to Arosa» et a déjà été vu plusieurs milliers de fois. On y voit une jeune femme assise à côté de lui, attendant son train. Une fois à l'intérieur du convoi, il s'assied à côté d'elle. La vidéo dure 5 minutes et la voyageuse ne semble pas remarquer qu'elle est filmée.

Des dizaines d'autres clips du genre ont été publiés par le même internaute sur la page web X en question. A chaque fois, on y voit des femmes dans des magasins, des gares ou des trains dans le canton des Grisons. Les images montrent principalement les pieds des dames. Parfois, on aperçoit aussi leur visage. Dans son profil en ligne, l'homme affirme habiter dans la région de Coire.

La police surveille l'affaire de près

Contactée par la «Südostschweiz», la police cantonale affirme avoir connaissance du matériel posté sur le site. Elle note cependant que, pour l'instant, aucune infraction n'a été commise. Si les forces de l'ordre n'enquêtent donc pas sur cette affaire, elles assurent la suivre de près.

Selon le porte-parole des forces de l'ordre, Roman Rüegg, tout ce que les femmes s'estimant blessées dans leur droit à la personnalité peuvent faire, c'est de porter plainte par voie civile pour violation de la loi sur la protection des données.

Peine pécuniaire en Argovie

Un cas similaire s'était déjà produit il y a deux ans dans le canton d'Argovie. Plusieurs femmes avaient porté plainte contre un homme qui avait filmé en douce leurs fesses avant de poster les vidéos sur un site porno. «Faire des vidéos dans l'espace public n'est pas systématiquement interdit. De plus, les personnes concernées sont habillées», avait expliqué la porte-parole de la police argovienne Barbara Breitschmid. L'Italien avait néanmoins écopé en février dernier d'une peine pécuniaire avec sursis de 180 jours-amende et d'une amende de 4000 francs.

(vro/ofu)