Agriculture bio en Suisse

07 avril 2019 12:42; Act: 07.04.2019 13:31 Print

Plus de 90% des champs sont contaminés

Une étude réalisée par l'université de Neuchâtel démontre que la plupart des champs des fermes biologiques sont pollués par des toxines.

storybild

Bio Suisse, la principale organisation du secteur, qualifie la nouvelle d'«effrayante». (Photo: Keystone/Patrick Pleul)

Sur ce sujet
Une faute?

Presque toutes les surfaces agricoles du Plateau suisse contiennent au moins un néonicotinoïde. Ces insecticides sont omniprésents dans les sols des fermes conventionnelles, mais également, en concentration inférieure, dans ceux de 93% des fermes biologiques.

Ces résultats, jugés alarmants, figurent dans une étude réalisée à l'Université de Neuchâtel, dont la NZZ am Sonntag se fait l'écho. Deux chercheurs ont analysé 702 échantillons de sols et de plantes prélevés en 2015 dans 100 champs de grandes cultures, 62 exploitations agricoles et 69 surfaces de promotion de la biodiversité.

Le résultat de leur analyse ont été publiées dans la Journal of Applied Ecology. Au moins un des cinq néonicotinoïdes recherchés est détecté dans tous les échantillons de sols et de plantes récoltés dans des fermes conventionnelles et celles qui respectent les principes de l'agriculture intégrée.

Cette proportion recule à 93% dans les sols et plantes cultivées dans des fermes biologiques. En outre, 81% des sols et 93% de la végétation des surfaces de promotion de la biodiversité contenaient au moins un néonicotinoïde en concentration mesurable.

Victimes d'une contamination

Les chercheurs jugent ce résultat alarmant car les surfaces de promotion de la biodiversité ont été conçues pour servir de refuge aux populations de pollinisateurs. Selon eux, les concentrations mesurées suffisent à potentiellement menacer une fraction des espèces pollinisatrices.

L'étude relève cependant que les concentrations mesurées dans les champs et les cultures biologiques sont «très inférieures» à celles relevées sur les surfaces conventionnelles. «Les producteurs bio sont victimes d'une contamination due aux propriétés chimiques des néonicotinoïdes et à leur usage excessif», constate Ségolène Humann-Guilleminot, co-auteure de l'étude.

Pour mémoire, un moratoire sur l'usage des néonicotinoïdes a été prononcé en 2013 en Suisse et en Europe. La persistance de ces molécules dans les sols laisse envisager qu'elles seront encore présentes pour encore quelques années.

Parallèlement, de nouvelles molécules, tel que le sulfoxaflore, font leur entrée sur le marché en Europe. «Leur mode d'action est très proche de celui des néonicotinoïdes, et dont les effets sur les espèces non-cibles, tels que les pollinisateurs et les auxiliaires de culture, sont mis au jour par de récentes études scientifiques», avertit le professeur Fabrice Helfenstein, qui a dirigé l'étude.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lilinette le 07.04.2019 12:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bio ?????

    pour passer d une zone agriculture normale a une agriculture bio il faut au moins 10 a 12 ans pour decontaminer les sols, maintenant on donne label bio apres 2 ans c est aberrant et qu une question de gros sous

  • he le 07.04.2019 12:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    acheter local

    vous croyez que les fruits et légumes bios importés sont plus propres

  • Snatch le 07.04.2019 12:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    produits toxiques

    Il faut une interdiction des produits toxiques totale si les rendements sont impactés alors il faudra des aides fédéral mais nous ne pouvons pas sur terre être aussi aveugle qu'au sujet de la mer et des pollutions diverses

Les derniers commentaires

  • Etl'orthographe? le 08.04.2019 14:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mauvais traducteur?

    « Le résultat de leur analyse ont été publiées »??!! Sérieusement??

  • Moije le 08.04.2019 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    refoutage de pomme (gueule)

    oui ! Et maintenant que va faire les grande surfaces avec tout ce qui est soit disant BIO vont ils nous rembourser ?

  • Jean Marc le 08.04.2019 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    Pas une info

    C'est nul, cette information ne vaut rien pas un clou, la contamination doit être indiquée avec sa concentration, l'eau de pluie est maintenant contaminée à l'aspartame, mais si vous mesuré la concentration d'aspartame dans une boisson édulcorée et celle dans un lac, vous vous rendez compte que c'est pas la même valeur, même si tous les deux en contienne.

  • Jules le 08.04.2019 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le BIO

    Le bio est bon dans tous les cas. Mais il arrive trop tard, 70% des insectes ont déjà disparu, leurs cadavres donnaient au sol des protéines très précieuses à la santé de la plante. La valeur nutritive des tomates par kilo s'effondre. L'impact sur le climat n'est pas mesuré, tout comme l'impact de la pèche industrielle. Dans le Jura très loin des fermes en lisière des forêt on trouve des paquet de 30000 abeilles mortes d'un seul coup. Le nombre d'enfants autistes explose exponentiellement dans les maternités. Vive le bio!

  • Reca le 08.04.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    agriculteurs non-bio=empoisonneurs

    Merci les empoisonneurs! Pas besoin de chercher pourquoi il y a de plus en plus de cancers et autres maladies.