Suisse/CFF

18 juillet 2014 15:29; Act: 18.07.2014 16:24 Print

Plus de trains, plus d'usure: l'usager paie

Une étude menée par les CFF démontre que les nouveaux trains régionaux causent des dégâts sur les voies. Du coup, c'est le pendulaire qui trinque.

Sur ce sujet
Une faute?

La charge du trafic régional est toujours plus grande sur le réseau CFF. L'ex-régie fédérale, qui souhaitait connaître les conséquences de cette augmentation, a mandaté une étude. Elle démontre que les nouvelles rames régionales usent plus vite les voies que les autres trains. Des résultats qui peuvent expliquer les investissements importants annoncés fin juin pour l'entretien du réseau, selon le «St.Galler Tagblatt».

Cet usure est due aux caractéristiques des nouveaux trains régionaux, qui sont toujours plus nombreux: ils disposent d'une meilleure capacité d'accélération et endommagent par conséquent davantage les voies, surtout par mauvais temps. Ainsi, les CFF ont enregistré 5100 défauts de rails en 2013, dont certains ralentissent le trafic et peuvent causer des retards.

Deuxième expertise demandée

Les lignes de la BLS et de la Südostbahn (SOB) connaissent les mêmes problèmes, relève le quotidien saint-gallois. Et ces coûts d'entretien se répercutent sur le prix du billet. En d'autres termes, le pendulaire paie.

Au courant, l'Office fédéral des transports demande une seconde étude. «Beaucoup d'argent est en jeu, explique sa porte-parole Olivia Ebinger au quotidien. Et les résultats pourraient avoir une influence sur les prix.» Reste encore à éclaircir comment les coûts seraient répartis.

Du côté de Stadler Rail, qui construit les trains incriminés, on avoue connaitre le problème. Et il existe chez tous les fabricants. Des moyens techniques existent pour réduire l'usure, mais les entreprises ne les sollicitent pas pour des raisons économiques, avance l'entreprise.

(vro/dmz)