Bâle-Campagne

03 avril 2016 13:32; Act: 03.04.2016 13:37 Print

Poignée de main à sa prof: musulmans pas obligés

Selon l'islam, un homme n'a pas le droit de toucher une femme si ce n'est pas la sienne. Une école de Therwil, où enseignants et élèves se serrent la main, vient de faire une exception pour les élèves musulmans.

Sur ce sujet
Une faute?

Après le débat autour du port du voile à l'école et celui du cours de natation pour écolières musulmanes, c'est une autre question qui occupe actuellement divers établissements de Bâle-Campagne et de Suisse centrale: doit-on forcer les élèves musulmans à serrer la main à leurs enseignantes? Selon la «Schweiz am Sonntag», une école secondaire de Therwil (BL) vient de trancher. La direction a décidé que les jeunes musulmans n'étaient pas tenus de donner la main à leurs professeures.

Sondage
Trouvez vous normal que les élèves musulmans ne soient pas obligés de serrer la main à leurs enseignantes pour des motifs religieux?
5 %
82 %
13 %
11863 participants

Contactée par le dominical, Isabella Oser, membre de la direction de l'association des enseignants de Bâle-Campagne, ne cautionne pas la décision prise par l'établissement scolaire de Therwil: «Cette règle rompt avec nos traditions et est discriminatoire envers les femmes. Nous nous voulons pas revenir au Moyen-Age.»

Situation similaire à Muttenz

A Therwil, élèves et enseignants se serrent la main au début et à la fin de chaque cours. Cette tradition qui a posé problème à deux jeunes musulmans. Car selon les croyances de l'islam, un homme n'a pas le droit de toucher une femme si ce n'est pas la sienne ou si elle n'est pas membre de sa famille.

La direction scolaire de Therwil, qui n'a pas souhaité commenter l'affaire, a désormais pris contact avec la direction de l'enseignement du canton de Bâle-Campagne pour qu'elle émette des conseils pour savoir comment gérer au mieux cette décision. Selon le dominical, la problématique serait également connue dans une école de Muttenz (BL), où plusieurs élèves refusent de serrer la main à leurs professeures.

(ofu)