Berne

16 juillet 2014 07:48; Act: 17.07.2014 08:37 Print

Pornos scatos légalisés par mégarde?

par Nicole Glaus/ofu - Berne a ratifié une loi protégeant les enfants contre les abus sexuels. Des politiciens ignoraient que cela impliquait la légalisation des pornos avec la présence d'excréments.

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse a accepté dernièrement la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (voir encadré). En conséquence, certaines dispositions du Code pénal (CP) ont été adaptées, notamment celles concernant l'infraction de pornographie (art. 197 CP). Mis à part la protection des mineurs, ce changement de loi a donc également eu des conséquences sur la pornographie mettant en scène des jeux sexuels avec des excréments, y compris l'urine. Depuis le 1er juillet, ce type de représentations n'est plus considéré comme de la pornographie dure, mais comme de la pornographie douce. La vente et la consommation de ce type de matériel ne sont donc plus punissables.

Sondage
Que pensez-vous de la légalisation des pornos scatologiques?
51 %
35 %
14 %
914 participants

De nombreux parlementaires affirment désormais ne pas avoir su qu'ils autorisaient les pornos scatologiques en Suisse en acceptant la convention, acceptée à l'unanimité par le National en votation finale le 27 septembre 2013: «Je ne le savais pas», «Non, mais c'est dégueulasse!» ou encore «Je ne me suis pas vraiment intéressé à cette thématique», ont avoué à nos collègues de «20 Minuten» plusieurs politiciens qui souhaitent rester anonymes.

Selon les protocoles verbaux des débats qui se sont tenus au Conseil national, la légalisation des pornos scatologiques n'a en effet jamais été discutée au cours des réunions. «Je n'aurais peut-être pas voté oui si j'avais su que la modification de la loi impliquerait ce changement», explique une politicienne. «Je n'ai pas envie de me prononcer à ce sujet, rien que d'y penser, cela me dégoûte», affirme un autre parlementaire.

Nombre de politiciens agrariens n'étaient pas non plus au courant de cette particularité, explique Yvette Estermann (UDC/LU): «Ce genre de tendance me fait peur. Ça va à l'encontre de la dignité humaine et contribue au dépérissement de la société.» Le conseiller national Lukas Reimann (UDC/SG) affiche un peu plus de retenue: «En tant que politicien, je ne m'intéresse pas à ce que font les personnes consentantes chez elles.»

Parlementaires fautifs

Margret Kiener Nellen (PS/BE) ne comprend pas la réaction de ses collègues. Selon elle, ils avaient la possibilité de se renseigner à ce sujet. «La thématique a été intensément discutée par la commission des affaires juridiques. Toutes les informations nécessaires à ce sujet étaient disponibles pour tout le monde», rappelle la socialiste. Elle estime que les parlementaires - qui regrettent désormais la légalisation de ce type de pornographie - ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Pour Bea Heim (PS/SO), pénaliser de nouveau la pornographie scatologique en Suisse n'est pas à l'ordre du jour: «La protection des enfants est notre priorité et c'est ce que le Parlement a décidé en acceptant la convention.»

Contacté, Yannick Buttet (PDC/VS) est également tombé des nues en apprenant que la vente et la consommation de pornographie avec des excréments avait été légalisée: «Les réactions de nos collègues alémaniques collent exactement à la situation en Suisse romande. A mon avis, personne ne savait qu’il autorisait la pornographie scatologique. Je pense que personne ne veut légaliser ce genre de pornographie. La situation est complètement surréaliste.» Le Valaisan explique que les parlementaires se réfèrent souvent aux avis que leur donnent les commissions, ici la commission des affaires juridiques: «A aucun moment, on nous a parlé de ce point précis.» Si le PDC souligne que la convention en question est «une bonne chose» parce qu'elle protège les mineurs contre les abus sexuels, il exige néanmoins que le point concernant la pornographie scatologique soit corrigé.

Dominique de Buman (PDC/FR) n'était pas non plus au courant. Comme Yanick Buttet, le Fribourgeois souhaite que ce type de pornographie soit de nouveau interdit.

L'espace commentaires est volontairement désactivé
Face à l'afflux important de messages, la rédaction a décidé de fermer l'espace commentaires dans cet article.

Les commentaires les plus populaires

  • Parlementaires Fautifs le 16.07.2014 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    Parlementaires ridicules

    Ça leur apprendra à lire les textes qu'ils ratifient. S'ils les ont lu et pas compris, qu'ils s'abstiennent de voter.

  • jons le 16.07.2014 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ben voyons

    heu on en parle de nos elus qui ne lise meme pas le texte qu ils votent... c est quand meme un peu leur job non??

  • jean-françois le 16.07.2014 09:41 Report dénoncer ce commentaire

    Ils l'admettent ouvertement, enfin

    La majorité de nos lois ratent leur cible, sont laxistes ou excessives, incohérentes, ridicules et souvent dangereuses, car nos parlementaires votent ces textes sans même les lire et encore moins d'en comprendre les implications, sauf quand il s'agit de favoriser leurs lobbies! + de la moitié est régulièrement absente et fait voter par des collègues et que quand ils sont là ce n'est que pour s'occuper de leur propre carrière et faire semblant de faire leur job quelques mois avant les élections. Mais une telle inconscience sur les conséquences de leurs votes est inacceptable, scandaleuse

Les derniers commentaires

  • Gabriel Klein le 17.07.2014 10:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ou est le problème?

    C'est ignoble et dégueulasse - personnellement des pratiques qui me répugnent, mais finalement c'est le choix d'adultes consentants. On est un pays libéral, et pourquoi interdire cette pratique à ceux qui aiment ça? Ceci tant qu'ils ne font de mal à personne. Dommage que le PLR ne soit pas cité dans l'article... cela m'aurait intéressé de savoir si ils sont aussi libéraux quand il s'agit de l'individu. Laissons à d'autre pays l'interdiction de certaines pratiques...

  • UnJeune le 17.07.2014 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    Religion

    Personnellement, je serai plutôt pour interdire les religions qui massacrent des gens (des enfants...) dans le monde (voyez la situation entre la Palestine et Israël) que des films présentant des mecs ou des gonzesses qui bouffent de la merde, ce qui ne fait de mal à personne (apars pour leurs santé). Alors les moralisateurs religieux : RAUS ! allez retrouver votre dieu et foutez-nous la paix !

    • ouvre les yeux le 17.07.2014 12:17 Report dénoncer ce commentaire

      rien compris le jeune

      Rien compris du tout vous ! un dieu est censé être un dieu d'amour, de bonté, de partage, d'humilité, de bonne conscience, de bonne foi, d'intégrité et j'en passe ... Bref tout ce que l'humain s'efforce de faire à l'inverse !! (chacun sa conscience)je ne pense pas qu'on peut parler de religion, encore moins de Dieu dans un pays où règnent la violence le massacre la haine !!! Dieu et Satan vous connaissez ? après si ça excite certains leurs excréments ... c'est leur sacré problème ....

  • marius le 17.07.2014 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours pire

    On est vraiment sur une terre de désaxés et de pervers de toutes sortes et les grands "sages" du CF laisse tout passer sans rien faire pour arrêter cette marée de cinglés. Il sert à quoi ce gouvernement à part s'engraisser sur les petites gens?

  • Silversoul le 16.07.2014 22:15 Report dénoncer ce commentaire

    bande de guignols...

    une bande de guignols (les électeurs) élisent 246 guignols qui eux-même élisent à leur suite 7 autres Grands Guignols... et le pire dans tout cela, c'est qu'il y'a plein de gens cré...dules pour croire que tout ces guignols sont honnêtes, travailleurs, soucieux des intérêts de peuple (sauf quand il s'agit d'encaisser leurs salaires, d'aller prendre l'apéro et de se prendre pour des gens importants...) quelle belle naïveté...

  • Meilleur Citoyen le 16.07.2014 21:58 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien sûr...

    Dans votre volonté de lécher le derche de l'union européenne, il fallait d'abord légaliser la pratique... la prochaine fois ce sera quoi? la fin de l'Habeas Corpus et de la démocratie?