Confédération

08 juillet 2018 19:21; Act: 08.07.2018 19:25 Print

Pour Berne, la vie humaine vaut 6,5 millions de francs

La valeur statistique estimée d’une existence humaine a presque doublé en 5 ans.

storybild

La valeur d'un décès que l'on peut éviter peut être estimée. (Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Une faute?

Une vie humaine n’a pas de prix, sauf pour les gouvernements. L’Office fédéral du développement territorial (ARE), lui, l’estime à 6,5 millions de francs, rapporte la «NZZ am Sonntag». C’est presque deux fois plus (+90%) qu’il y a 5 ans, lorsque la Confédération l’estimait encore à 3,4 millions de francs.

Ces calculs servent à déterminer combien le gouvernement devrait investir pour améliorer la sécurité routière, par exemple. Pour cela, il s’appuie sur le concept de «la valeur de la vie statistique». En termes simples, celle-ci indique combien la société est prête à payer pour prévenir la mort d’un individu.

La raison de l’augmentation de cette valeur, en Suisse, est liée au fait que le chiffre précédent était basé sur une étude anglaise qui s’est avérée, après coup, imprécise, écrit le journal. La nouvelle valeur se base désormais sur une méta-analyse de l’OCDE que la Confédération a adaptée à la Suisse.

Par ailleurs, pour la première fois, la valeur de 6,5 millions de francs a été utilisée pour calculer les coûts non couverts du transport, y compris les années de vie perdues à la suite d’accidents. Compte tenu de la probabilité de survie actuelle, l’ARE estime à 235 000 francs une année de vie perdue. Mais d’autres évaluations de ce type existent. Le Tribunal de la santé, par exemple, a statué que des coûts de 100 000 francs étaient raisonnables pour une thérapie pendant une année de vie sauvée.

(man)