Criminalité

13 août 2019 10:17; Act: 13.08.2019 10:27 Print

Pour l'UDC, la Suisse n'est plus un pays sûr

L'UDC critique une application «molle» des lois mais surtout l'ouverture des frontières à la suite de l'adhésion à l'Espace Schengen.

storybild

L'UDC a choisi de se profiler sur la sécurité en prévision des élections fédérales de l'automne. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse n'est plus un pays sûr, estime l'UDC. Dans un document stratégique présenté mardi, le parti met cette évolution sur une politique «laxiste», une application «molle» des lois et l'ouverture des frontières à la suite de l'adhésion à l'Espace Schengen.

Résultat: la Suisse compte aujourd'hui parmi les Etats à criminalité élevée, selon l'UDC, pour qui il faut absolument éviter que le pays devienne un «eldorado des criminels de tous bords».

Dans son document stratégique «Criminalité et sécurité», le parti demande que la politique veille enfin à ce que les délits soient sanctionnés par des peines sévères et que les lois soient rigoureusement appliquées.

La Suisse doit à nouveau contrôler ses frontières comme avant son entrée dans l'Espace Schengen. Elle est entourée de partenaires affaiblis dont elle ne peut guère attendre d'aide dans une situation critique, estime l'UDC.

«Immigration démesurée»

L'Etat a aujourd'hui tendance à s'occuper de tout et de n'importe quoi, dénonce l'UDC, mais il néglige son devoir principal: la sauvegarde des droits de la liberté du peuple et la protection des femmes et des hommes contre le crime et les criminels. Pour le parti, la criminalité porte un nom: l'immigration «démesurée».

Le parti en veut pour preuve la statistique de 2018: 432'754 violations du Code pénal, 76'308 de la loi sur les stupéfiants et 38'405 de la loi concernant les étrangers ont été enregistrées l'an dernier. Le nombre de ressortissants étrangers inculpés a augmenté de 4%. Ainsi, 128?621 vols ont été recensés, mais à peine un quart ont été élucidés.

Pour l'UDC, cette situation se répercute directement sur le sentiment de sécurité des habitants du pays. Et de peindre le diable sur la muraille: de nombreux citoyens ne se sentent plus en sécurité. Des personnes âgées, mais aussi des femmes n'osent plus sortir dans la rue le soir. Des jeunes femmes subissent des attouchements, des menaces, voire sont victimes d'agressions sexuelles sur la voie publique.

Pour remédier à cette situation, ce parti propose tout un catalogue de mesures. L'Etat doit ainsi cesser de traiter avec ménagement les criminels et les malfaiteurs violents. Les peines qui menacent les criminels doivent être adaptées à la réalité actuelle dans le cadre du projet d'harmonisation des peines.

Comme les peines pécuniaires avec sursis n'ont strictement aucun effet, il faut y renoncer définitivement. Le Code pénal doit être modifié dans le but de supprimer le «rabais pénal».

Il faut également corriger les aspects négatifs de la migration: l'Etat doit à nouveau contrôler les frontières et stopper l'immigration clandestine et la migration de criminels. Tous les étrangers criminels et les prétendus «cas individuels» doivent être systématiquement expulsés.

Avertir les jeunes violents

L'UDC exige également une tolérance zéro à l'égard des clans étrangers assimilables à des organisations criminelles. Des jeunes qui se font remarquer pour la première fois par des attitudes violentes doivent être sévèrement mis en garde pour leur faire comprendre les conséquences de leur éventuelle criminalité future.

En cas de récidive, l'Etat doit les punir sévèrement Des centaines de jeunes criminels doivent par la même occasion être expulsés et renvoyés dans leur pays d'origine.

Tolérance zéro également à l'égard des abus sexuels et des violences contre les femmes. Face à des mariages où un des partenaires à moins de 16 ans, la loi doit prévoir une présomption de mariage forcé, donc d'un acte pénal.

Pour rétablir rigoureusement la sécurité, l'UDC prône le droit suisse à la place de juges étrangers: les lois suisses doivent à nouveau être la seule référence. La loi doit être adaptée afin de protéger les policiers ou les services sanitaires des actes de violence.

Les voyageurs du djihad doivent dans la mesure du possible être privés de leur nationalité suisse et placés en état d'arrestation à titre préventif. Enfin, les procédures judiciaires et policières doivent être simplifiées et accélérées.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sébastien Bon le 13.08.2019 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse n'est plus un pays sûr?

    Oui, en effet, ça on a largement eu le temps de s'en apercevoir Au niveau sécuritaire, ce pays a malheureusement subit ce qu'on appelle "un nivèlement par le bas "

  • Pas Tort le 13.08.2019 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement

    J en ai fait l amère expérience récemment...Et pourtant pas en ville en sortie de boite mais en campagne en balade...en plus avec la gauche qui est une menace pour nos finances et libertés, faut réagir...

  • Pluche le 13.08.2019 11:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "Quelle découverte ??"

    Enfin l'UDC réagit c'est 20 ans trop tard... vous me direz qu'il n'est jamais trop tard... Mais toutes ces CALAMITÉS étaient prévisibles depuis "belle lurette" et nos élus n'ont pas "fait grand-chose"pour rester pondéré....

Les derniers commentaires

  • la beuh le 20.08.2019 22:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrête

    Bon disons le franchement. Chez les UDC on fume beaucoup ou la paranoïa est une qualité personnelle de sélection pour intégrer ce parti.

  • Responsable le 18.08.2019 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Un citoyen

    Ils ne savent plus quoi inventer. Avec des stratégies édictées par oscar et yvan il ne faut pas s'attendre a du concret, eux même sont en mode : au secours. Ueli leur a mis un rocher dans les godasses avec la retraite a 66 ans pour tous et Albert Roesti president de l'union pétrolière leur interdit de parler climat........ Plus d'immigration il ne leur rien de consistant à se mettre sous la dent...... Vive le petrole UDC......

  • Vanessa le 17.08.2019 06:24 Report dénoncer ce commentaire

    Sortir de chez vous...

    Je suis quand même relativement choquée, mais absolument pas surprise je précise, qu'on ose dire que la Suisse est un état dangereux... Y a juste à franchir la frontière pour se rendre compte qu'on est quand même pas mal peinard comparé au reste du monde. Faut sortir un peu de chez vous les gens...

  • jo le 15.08.2019 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas si dangereux que ça

    arrêté d'étre parano oui il y'a des choses qui ont changés par rapport aux années 70-80 mais franchement par rapport à d'autres pays la suisse reste un pays sûr

  • sissi le 14.08.2019 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    crimes

    Moi je suis completement d'accord surtout pour les dealers il faut que sa cesse ça va trop loin,on ose plus sortir le soir sans se faire accoster ou se faire agresser ...

    • Danielle Ronchon le 14.08.2019 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @sissi

      Que les politiciens sortent dans les villes et voient qu est-ce qui se passe... un scandale