Affaire Crypto

12 février 2020 09:13; Act: 12.02.2020 14:19 Print

La sacro-sainte neutralité suisse remise en cause

La révélation de l'interception par la CIA de milliers de documents via la firme zougoise Crypto met un coup à la crédibilité de la Suisse, estiment les médias.

Entretien avec Jan Atteslander, responsable des relations économiques extérieures d’Economiesuisse.
Sur ce sujet
Une faute?

La CIA et les services de renseignements allemands (BND) ont intercepté des milliers de documents de plus de 100 pays, via l'entreprise zougoise Crypto, pendant des dizaines d'années. Pour la presse, cette révélation met un coup à la neutralité de la Suisse, à sa crédibilité et même à sa souveraineté. Pour y remédier, il faudra faire preuve de transparence.

«Ce que l'on soupçonnait au début des années 90 était donc vrai. La bonne Suisse, neutre, non alignée, hébergeait une quasi-agence des services de renseignements alliés. Il est fort probable que Crypto AG poursuivait deux types d'activités, certaines irréprochables et d'autres ultra-secrètes sur lesquelles la Suisse officielle a fermé les yeux, au nom d'une neutralité sous dépendance de l'OTAN», commentent «24heures» et la «Tribune de Genève».

Selon la télévision SRF qui a révélé l'affaire en coopération avec la télévision publique allemande ZDF et le «Washington Post», des personnes-clés du gouvernement étaient au courant, mais rien n'a été fait. «Que ce soit par incompétence, parce que l'on voulait couvrir les agents des services secrets étrangers ou même profiter de leurs découvertes, il faut maintenant mettre les choses au clair. C'est la seule solution pour se sortir de ce pétrin», estiment le «Tages-Anzeiger» et le «Bund».

Car «la crédibilité de la Suisse dans la guerre de l'information actuelle, se mesure avec les événements du passé», pose la «Neue Zürcher Zeitung». Et cette affaire sème le doute sur la sincérité des responsables de l'Etat et donc sur l'ordre libéral tout en pesant aussi sur l'économie du pays.

Appel à une enquête parlementaire

La Suisse va devoir faire preuve de transparence sur cette affaire car aucun Etat trompé ne lui fera sinon plus jamais confiance, soulignent le «Tages-Anzeiger» et le «Bund», qui relèvent par ailleurs que cette opération historique n'a été possible que grâce à la neutralité et à la bonne réputation de la Suisse, dont les Etats-Unis et l'Allemagne ont profité. Et de s'interroger: «qui achète des technologies sensibles là où un gouvernement tolère de telles machinations?»

Le Conseil fédéral, qui a ouvert une enquête, fait «preuve d'une transparence remarquable», souligne aussi la NZZ. Mais il faut aller plus loin, notent la plupart des quotidiens. Il faut que le Parlement lui-même lance une enquête, complètent les publications de CH-Media.

Quant à «24heures», le journal vaudois rappelle aussi que «le conflit qui oppose la firme chinoise Huawei à l'administration du président Trump porte précisément sur le soupçon que des puces embarquées indésirables seraient dissimulées dans les équipements «made in China».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jil le 12.02.2020 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse est hypocrite

    Ça fait très longtemps que la Suisse n'est plus neutre... D'ailleurs l'a t'elle été une fois ?

  • jdBulle le 12.02.2020 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    Ah! Parce que la suisse est neutre?

    Je vais aller voir dans le Larousse la définition de neutralité car j'ai le sentiment que l'on a pas la même idée de ce mot

  • Margot le 12.02.2020 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Juste pour dire que

    ça a apporté certainement des gros sous à quelques dit "grands personnages politiques et économiques" !

Les derniers commentaires

  • Client mieux regardant que d'autres le 14.02.2020 17:57 Report dénoncer ce commentaire

    La vraie tromperie est de faire croire

    c'est la Suisse, le pays qui a fait cela. Il s'agit d'une entreprise privée qui échappe totalement au contrôle comme on les connais dans d'autres pays, même très proches. La grande nation a accès à toutes les données de ses résidents, même accès direct aux cptes bancaires. Montrer du doigt nos dirigeants, parfois de façon malhonnête et non civilisée, nuit à l'image de notre pays. Même si certains savaient, quels textes juridiques auraient pu donner pouvoir à l'état ou aux tribunaux de fermer cette entreprise en mains étrangères depuis le début, comme beaucoup d'autres, ex. Crédit CH

  • Fuego le 13.02.2020 13:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Guillaume lève toi !

    Ce qui fait mal c'est de subir l'influence politique et financière du système américain et de continuer à croire en ce système mondial vérolé. Sacrifier ainsi les valeurs fondamentales de nos fondations en pervertissant les nouvelles générations c'est honteux. Donc si l'on doit avaler la pilule de gré ou de force autant que cela soit de force car ils n'atteindront jamais notre liberté de penser.

  • Gad horus le 13.02.2020 02:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La neutralité n'est qu'un mythe

    Ah ben merde alors, ils savent maintenant à quelle heure je prend ma douche et quand je vais aux chiottes

  • PeG le 12.02.2020 20:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    camouflage 2.0

    Suite à mes recherches, et pour noyer le poisson, la raison sociale a été modifiée en TCG Legacy AG qui est elle aussi en liquidation !! l'inscription a été radiée le 18 décembre 2019 par le Dr Robert Schl** à Zollikon

  • PeG le 12.02.2020 19:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    camouflage

    Est ce que l'entreprise existe toujours ? Il me semble que la société "Crypto AG" a été radiée le 28 octobre 2019 et reprise par "THE CRYPTO GROUPE AG" pour mieux camoufler les propriétaires, administrateurs, etc.