Suisse

29 mai 2019 16:54; Act: 29.05.2019 19:05 Print

Près d'un milliard pour la culture en 2021-2024

Berne a présenté les futurs axes d'action de sa politique culturelle mercredi. L'enveloppe fédérale devrait augmenter de 35,4 millions de francs.

storybild

Le projet du Conseil fédéral s'inscrit dans la continuité des axes d'action définis pour 2016-2020. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Conseil fédéral veut octroyer une enveloppe globale de 942,8 millions de francs à la culture pour la période 2021-2024. Il a mis en consultation jusqu'au 20 septembre son message sur les axes stratégiques de sa politique culturelle.

Les ressources allouées devraient augmenter de 35,4 millions de francs pour la période à venir. En moyenne et par an, cela représente une hausse de 2,9%, a expliqué mercredi le ministre de la culture Alain Berset à la presse.

Sur le fond, le projet s'inscrit dans la continuité des axes d'action définis pour 2016-2020: cohésion sociale, participation culturelle, création et innovation. Certains domaines devraient être renforcés.

Pour la cohésion sociale, les échanges scolaires entre les communautés linguistiques seront intensifiés et un programme d'échanges pour les enseignants sera mis sur pied. Au total, 10 millions de francs supplémentaires seront alloués à cet effet, ce qui porte le budget des dépenses pour la politique des langues et de la compréhension à quelque 70 millions pour quatre ans.

L'objectif est que le plus grand nombre possible de jeunes participent à un projet d'échange au moins une fois en cours de scolarité. Actuellement, environ 2% des élèves participent à de tels échanges. Le nombre de jeunes sensibilisés aux langues nationales doit doubler voire tripler, a relevé Isabelle Chassot, cheffe de l'Office fédéral de la culture.

Soutien aux jeunes talents

Concernant la participation culturelle, le Conseil fédéral veut agir dans le domaine de la formation musicale en injectant 8,3 millions de francs supplémentaires (pour un total quadriennal de 25,6 millions). Il est prévu de consolider le programme Jeunesse et Musique.

Le gouvernement introduira également en collaboration avec les cantons et les organisations musicales une promotion des talents musicaux. Cette proposition répond au nouvel article constitutionnel en faveur de la formation musicale voté par le peuple en 2012.

La Confédération devrait également contribuer à une culture du bâti de qualité par des mesures concrètes grâce à un crédit de 105,3 millions. Il s'agit notamment de développer les compétences dans ce domaine aussi bien parmi les autorités qu'auprès des maîtres d'ouvrage, des planificateurs, des exécutants et du grand public.

Partenariat avec l'économie

La continuité se fera aussi au niveau des collaborations avec les cantons, les communes et les privés qui investissent dans la culture, a expliqué Alain Berset. Les modèles de coopération entre la culture et l'économie dans le domaine de la création et de l'innovation seront reconduits.

Les expériences de collaboration entre l'industrie et les développeurs de jeux vidéo ainsi que les designers ont été fructueuses. Ce modèle de soutien au design et aux médias interactifs sera développé par Pro Helvetia. Les moyens du Musée national suisse seront également augmentés à 135 millions.

Un accent particulier sera mis sur la numérisation. Celle-ci touche tout le monde et tous les secteurs, a noté le conseiller fédéral. Le mode d'accès aux archives et les modèles économiques qui y sont liés doivent être développés.

Plateformes taxées

Le domaine du cinéma devrait obtenir 211,4 millions. Le Conseil fédéral vise à l'avenir à améliorer l'accès au patrimoine cinématographique suisse et veut le soutenir face à l'explosion des plateformes en ligne.

Actuellement, les télévisions sont obligées d'investir au moins 4% de leurs recettes brutes dans le cinéma suisse ou de s'acquitter d?une taxe correspondante. Cette obligation sera étendue aux fournisseurs de films en ligne, a indiqué Isabelle Chassot.

Ces plateformes en ligne seront aussi tenues de faire figurer 30% de films européens dans leur catalogue de programmation. De plus, un film qui aura reçu une contribution substantielle de la Confédération devra être mis à la disposition de la population une fois son exploitation commerciale terminée.

(nxp/ats)