Santé

10 mai 2019 17:33; Act: 11.05.2019 13:08 Print

Près de 130'000 donneurs de cellules souches

Le registre des potentiels donneurs de cellules souches a grossi de 15'000 personnes depuis 2017 selon la Croix-Rouge.

storybild

Un donneur a en moyenne 36,9 ans selon le registre. (Photo: Keystone)

Une faute?

Trente ans après sa création, le registre des donneurs potentiels de cellules souches de sang compte près de 130'000 personnes. C'est 11% ou 15'000 de plus qu'en 2017, a indiqué vendredi la Croix-Rouge suisse (CRS).

Cette augmentation est le résultat de la campagne de sensibilisation sur les médias sociaux, indique la CRS dans son rapport annuel 2018 publié vendredi. Les messages diffusés auprès des recrues et dans les universités ont également atteint leurs cibles.

Les donneurs ont en moyenne 36,9 ans et 45% d'entre eux ont moins de 35 ans. Un tiers sont des hommes et deux-tiers des femmes. 68,6% des personnes inscrites étaient vraiment disposées à faire un don. Cette disponibilité qui était encore de 73% en 2015 diminue régulièrement ces dernières années. Les annulations sont liées à des séjours à l'étranger (14%) ou des raisons médicales (17,4%).

Déjà 1700 transplantations

Depuis 1988, 1700 transplantations ont été réalisées en Suisse. Selon les données de la CRS, deux à trois patients en Suisse reçoivent chaque semaine une greffe de cellules souches du sang sans parenté avec le donneur, l'an dernier 144.

Au total, 258 transplantations avec des donneurs avec ou sans parentés ont été réalisées en Suisse en 2018. Le nombre de prélèvements effectif a ainsi atteint le chiffre record de 61.

La leucémie est la maladie la plus connue qui peut être traitée à l'aide de cellules souches du sang. Il existe d'autres maladies malignes du sang liées par exemple à des troubles du système immunitaire ou métabolique. Le don de cellules souches du sang se fait par prélèvement de moelle osseuse (10% des cas) ou par la circulation sanguine (90% des cas).

Dons de sang en baisse

En 2018, la CRS a enregistré 277'808 dons de sang, soit 1,6% de moins que l'année précédente. Comme les besoins en sang ont diminué de 2,3%, la CRS estime que l'approvisionnement des hôpitaux suisses en produits sanguins est bon. Avec 1,5%, le taux de perte est nettement inférieur à celui de l'année précédente.

Depuis octobre dernier, tous les produits sanguins sont également soumis à un test de dépistage de l'hépatite E. En décembre, quatorze dons se sont révélés positifs. Le virus VIH a été découvert dans trois échantillons, l'hépatite C dans six et l'hépatite B dans 34.

(nxp/ats)