Zurich

06 février 2019 18:57; Act: 06.02.2019 18:57 Print

Prison ferme pour avoir «trahi» son employeur

Le Tribunal cantonal zurichois a condamné mercredi un couple pour complicité de brigandage. Les époux ont écopé de 30 mois de prison.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un couple marié a comparu mercredi pour la deuxième fois devant le Tribunal cantonal de Zurich. Il est accusé d'avoir aidé deux hommes à commettre un braquage digne d'un véritable film d'action, en 2015, dans une filiale zurichoise de C&A.

Condamnés une première fois en 2016 par le Tribunal de district de Zurich, les époux ont été acquittés fin 2017 par le Tribunal cantonal. Celui-ci avait estimé que leur culpabilité ne pouvait pas être indéniablement prouvée. A la suite de cela, le Ministère public avait saisi le Tribunal fédéral... avec succès. Les juges de Mon-Repos ont en effet estimé que la culpabilité du couple était bel et bien établie. Raison pour laquelle le Tribunal cantonal n'a pas eu d'autre choix, mercredi, que de condamner les époux.

Un butin de 140'000 francs

Pour rappel: fin octobre 2015, deux frères avaient ligoté les employés d'une filiale C&A de Zurich, les avaient menacés avec une arme et s'étaient enfuis avec un butin de 140'000 francs. Les deux hommes ont déjà été condamnés et leurs jugements sont entrés en force.

Pour commettre le braquage, les hommes disposaient d'informations confidentielles. Selon la Cour, ces informations ont été livrées par la femme qui a comparu mercredi devant la justice. Au moment des faits, elle travaillait dans la filiale en question. Elle aurait notamment révélé aux deux frères le code de la porte d'entrée ainsi que l'endroit où se trouve le coffre-fort. Son mari, lui, aurait servi d'intermédiaire entre sa femme et les deux braqueurs. Selon le Tribunal cantonal, l'accusée a «trahi» la confiance de son employeur «au plus haut point».

Pour finir, le couple a été condamné à 30 mois de prison. La femme ne devra purger que 5 mois. Le reste de la peine a été assorti d'un sursis. Son mari, lui, n'a pas eu ce privilège. Il devra purger l'entier de la peine, notamment en raison de ses antécédents judiciaires.

On ignore si les deux feront recours.

(ofu/ats)