Suisse

16 décembre 2015 22:14; Act: 16.12.2015 22:48 Print

Quand la politique s'invite au milieu des sites pornos

par Mirko Martino - En campagne contre la loi sur le renseignement, les Jeunes socialistes ont détourné une photo de Guy Parmelin. Le procédé ne fait pas l'unanimité.

storybild

Au milieu des corps dévêtus, la légende dit: «Guy veut regarder». (Photo: capture d'écran)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis une semaine, Guy Parmelin fait la une de l'actualité. Mais le nouveau conseiller fédéral ne devait pas s'attendre à voir son portrait sur des sites pornos. Un clic sur sa photo renvoie à un tout autre univers: le comité référendaire contre la loi sur le renseignement (LRens).

Ce détournement est l'oeuvre de la Jeunesse socialiste. Fabian Molina, son président, s'explique: «Nous voulons montrer que la LRens permettra aux autorités de surveiller, sans raison et de manière préventive, la vie privée des citoyens.» Le Vaudois est visé, puisqu'il dirigera le Département fédéral de la sécurité et de la défense, qui chapeaute les espions du pays.

«Il s'agit une tentative d'instrumentalisation des médias et de l’image d'un conseiller fédéral au profit d'une campagne politique, relève André Simonazzi, porte-parole du Conseil fédéral. Nous n'entendons pas donner de l’eau au moulin d’un tel geste par des commentaires supplémentaires.»

Même s'il est contre la LRens, le Parti socialiste ne soutient pas la démarche de ses jeunes. «C'est une action pubertaire, admet son porte-parole, mais pas choquante ou violente. Il vaut mieux en rire.» Du côté des jeunes libéraux-radicaux vaudois, le procédé surprend. «Il y a d'autres moyens pour faire comprendre que cette loi n'est pas la bonne solution, soutient Oriane Engel, leur présidente. Ce n'est pas en s'abaissant à ces méthodes qu'on peut faire valoir les réels arguments.»

Finalement, le moins choqué est Dylan Karlen, à la tête des jeunes UDC vaudois et professionnel de la communication: «C'est dommage d'attaquer Guy Parmelin à peine une semaine après son élection. Mais c'est de bonne guerre.»