Lucerne

17 avril 2019 21:45; Act: 17.04.2019 21:45 Print

Qui pique les bougies sur les tombes? Les corbeaux

Friands de cire, les volatiles se régalent des lumignons placés sur les tombes d’un cimetière. Son gardien est désarmé.

storybild

Les oiseaux sont très inventifs pour atteindre la cire des bougies. (Photo: Digitallu)

Une faute?

«Les tombes sont maculées de cire provenant des bougies déposées par les familles», indique Pascal Vincent, responsable des cimetières municipaux, à la «Luzerner Zeitung». Le gardien du cimetière de Friedental a d’abord cru à l’action de vandales ou aux méfaits d’animaux à quatre pattes. Mais les coupables (une vingtaine) sont aujourd’hui connus: ce sont des corbeaux qui soulèvent régulièrement les couvercles des récipients qui abritent les bougies et y picorent la cire avec leur bec.

Difficile parade

Certains oiseaux, plus hardis, s’envolent avec ces porte-
bougies et les font tomber de haut pour mieux atteindre la cire. Que faire pour mettre un terme à leur manège? Le cimetière étant situé dans une zone boisée, il est difficile de trouver une parade, même si de nombreuses familles aimeraient que ces déprédations cessent.

Des oiseaux intelligents

«Ces volatiles sont très curieux et intelligents», explique Livio Rey, porte-parole de la Station ornithologique suisse à Sempach. Quand ils voient des gens manipuler des bougies, cela peut éveiller leur intérêt. «Malheureusement, il arrive que leur curiosité soit mal interprétée. C’est une des raisons de la mauvaise réputation de ces oiseaux à la robe noire», ajoute-t-il.

Il est également possible que l’huile de palme qui entre dans la composition des bougies attire ces gastronomes ailés. Une solution suggérée serait de remplacer les bougies en cire par des modèles alimentés par des piles.

(mrg/jbm)