Zurich

26 avril 2016 22:48; Act: 27.04.2016 09:38 Print

Rapace pigeonné par un «oiseau-kamikaze»

Un éleveur zurichois est accusé d'avoir badigeonné le dos d'un de ses pigeons avec un pesticide ultra-toxique pour empoisonner un faucon, en août 2015. La date de son procès n'a pas encore été fixée.

Voici la vidéo publiée l'an dernier par BirdLife.
Une faute?

L'histoire semble tirée d'un mauvais film de science fiction. Tout commence avec la publication, l'année passée, d'une vidéo par BirdLife, l'association suisse pour la protection des oiseaux. Sur l'enregistrement, qui date de 2011, on voit un faucon mourir peu après avoir dégusté un pigeon. BirdLife soupçonnait alors des éleveurs de pigeons, originaires des Balkans, de volontairement tuer les rapaces, figurant pourtant sur la liste des animaux protégés en Suisse.

Et il semble que les soupçons des protecteurs des oiseaux n'étaient pas sans fondement, a révélé samedi la «NZZ». Selon le quotidien alémanique, la police zurichoise est parvenue à mettre la main sur un suspect. Il s'agit d'un éleveur de pigeons suisse aux racines albanaises. L'homme de 42 ans est accusé d'avoir empoisonné un faucon en août dernier à l'aide d'un «pigeon-kamikaze». Arrêté trois jours après les faits, il a passé 42 jours en détention provisoire avant d'être relâché. Il sera jugé par le Tribunal de district de Diesldorf. La date de son procès n'est pas encore connue.

Mort «dans d'affreuses circonstances»

Selon l'acte d'accusation, que la «NZZ» a pu se procurer, le quadragénaire s'est procuré en Serbie un pesticide, hautement toxique et interdit en Suisse ainsi que sur tout le territoire de l'UE, pour l'importer illégalement en Suisse. Il a ensuite choisi un de ses 200 pigeons et a badigeonné le produit sur la nuque de l'animal. Il a, par la suite, libéré son oiseau et a fait en sorte qu'il ne puisse plus rejoindre sa volière. Il n'avait qu'un seul but: que son pigeon se fasse dévorer par un rapace afin que ce dernier meure.

Et son plan a fonctionné: un faucon est décédé «dans d'affreuses circonstances» après l'avoir dévoré. Selon l'acte d'accusation, le Suisse a non seulement mis en danger les animaux de la région, mais également les enfants. Le pesticide utilisé peut en effet causer de graves séquelles auprès des petits. Selon la procureur en charge de l'affaire, le quadragénaire avoue les faits qui lui sont reprochés. Elle demande une peine de prison de 11 mois avec sursis ainsi qu'une amende de 4000 francs pour mauvais traitements envers les animaux et violations de la loi sur la protection de l'environnement, sur les produits chimiques et sur la protection des animaux.

Un volatile peut valoir jusqu'à 10'000 francs

Des recherches de la «NZZ» montrent que l'accusé semble faire partie d'une scène regroupant divers éleveurs de pigeons. Ces personnes organiseraient régulièrement des concours non-officiels qui consistent à lâcher les volatiles et regarder celui qui vole le plus longtemps. Ces oiseaux peuvent rester en l'air jusqu'à 20 heures sans se poser. Si un pigeon ne revient pas au point de départ, parce qu'il a été tué en route par un rapace, par exemple, le propriétaire repart les mains vides. Selon le quotidien alémanique, un pigeon performant peut valoir jusqu'à 10'000 francs.

Six rapaces - dont on peut affirmer avec certitude qu'ils ont été empoisonnés - ont été retrouvés morts dans le canton de Zurich, selon les forces de l'ordre.

(ofu)