Discrimination raciale

01 mai 2015 11:36; Act: 01.05.2015 11:41 Print

Recours ou non? L'UDC n'a pas encore décidé

L'UDC n'a pas encore décidé si elle fera recours contre la condamnation, jeudi, de deux de ses cadres pour discrimination raciale.

storybild

Cette affiche est à l'origine de la condamnation des deux cadres du parti.

Sur ce sujet
Une faute?

Le parti tranchera «dans les prochains jours», a dit vendredi à l'ats Silvia Bär, suppléante du secrétaire général. Mme Bär a été condamnée par le Tribunal régional de Berne, de même que le secrétaire général Martin Baltisser, à une peine pécuniaire avec sursis. Tous deux ont été reconnus coupables dans l'affaire de l'annonce de leur parti intitulée «Des Kosovars poignardent un Suisse».

Si le texte de l'annonce était clair en français, il était plus ambigu dans sa version allemande: «Kosovaren schlitzen Schweizer auf». On peut en effet interpréter la phrase comme «Des Kosovars poignardent un Suisse» ou «Les Kosovars poignardent les Suisses», ce qui implique un degré de généralisation différent.

La juge unique du tribunal a tranché, estimant que l'expression dans le titre de l'annonce constituait une généralisation inadmissible et indifférenciée. L'annonce, publiée en 2011, faisait référence à une agression survenue à Interlaken (BE). Un lutteur suisse avait été grièvement blessé au couteau par un Kosovar.

Pas d'intention de discriminer

Pour leur défense, les deux cadres de l'UDC ont fait valoir que leur parti ne voulait pas mettre tous les Kosovars dans le même panier, mais seulement évoquer cet incident qui s'est déroulé à Interlaken. L'UDC n'avait pas l'intention de discriminer quelqu'un, mais a voulu dénoncer des agissements criminels.

Pour le tribunal, les deux cadres de l'UDC ne pouvaient pas ignorer que la publication de cette annonce, inspirée par un titre du quotidien alémanique «Blick», pouvait créer un climat hostile envers les Kosovars.

Les annonces avaient été publiées lors de la discussion sur la mise en oeuvre de l'initiative sur le renvoi des criminels étrangers et peu après le lancement de la récolte de signatures en faveur de l'initiative contre l'immigration de masse.

Mme Bär a écopé d'une amende de 23'400 francs, M. Baltisser de 17'400 francs, les deux avec sursis, fixées en fonction du revenu et de la situation personnelle. Ils devront également payer les frais de procédure, 7330 francs, et verser 13'500 de dédommagement aux plaignants.

(ats)