Evêché de Coire

02 mars 2011 13:31; Act: 02.03.2011 13:42 Print

Révocation prochaine de Mgr Huonder

La tension entre l'évêque de Coire et les représentants cantonaux catholiques du diocèse atteint son comble.

storybild

Vitus Huonder pourrait être révoqué par son évêché. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Conférence des Eglises catholiques va sans doute réclamer au Vatican la révocation de Mgr Vitus Huonder, réputé conservateur. Elle devrait demander l'intervention du Conseil fédéral.

«Je ne vois pas d'avenir tranquille dans notre diocèse sans un changement à sa tête», a déclaré Werner Inderbitzin, porte-parole de la conférence dans une interview publiée mercredi dans la «Neue Luzerner Zeitung». Et le président de l'Eglise catholique schwyzoise de préciser à l'ATS que les autres membres de la conférence en pensent sans doute de même.

Les Eglises cantonales (Grisons, Zurich, Glaris, Zoug, Schwyz, Obwald, Nidwald) se prononceront officiellement la semaine prochaine sur les démarches concrètes à entreprendre. Une chose est sûre: Werner Indebitzin veut demander aux gouvernements cantonaux de relayer les inquiétudes de la conférence afin que le Conseil fédéral intervienne à Rome.

«Action ciblée»

«Il est temps de lancer une action ciblée contre notre évêque», confie Werner Inderbitzin au quotidien lucernois. Sans révocation de Vitus Huonder, nommé en 2007, les Eglises catholiques cantonales ne pourront rien faire changer. «Nous n'avons pas voix au chapitre à Rome.» Le Vatican ne prêtera attention aux problèmes du diocèse que si le gouvernement suisse l'interpelle, estime M. Inderbitzin.

L'intervention du Conseil fédéral auprès du Vatican avait déjà permis de mettre fin au mandat de l'ultra-conservateur Mgr Haas en 1998, rappelle le porte-parole de la conférence. Rome l'avait alors remplacé à la tête de l'évêché par le modéré Amédée Grab.

Crises à répétition

Vitus Huonder «fonctionne» selon le principe: «Celui qui ne m'obéit pas n'est pas catholique», lui reproche M. Inderbitzin. La crise qui secoue le diocèse s'est aggravée la semaine dernière avec la démission du directeur du séminaire des prêtres Ernst Fuchs suite à des désaccords avec l'évêque. Le vicaire général grison Andreas Rellstab a claqué la porte peu après pour les mêmes raisons.

L'évêque avait en outre envisagé l'an dernier de nommer le traditionaliste Martin Grichting second évêque auxiliaire. Il a dû renoncer à ses plans après la levée de bouclier des Eglises cantonales.

Modérés, les catholiques zurichois se sont souvent achoppés avec Mgr Huonder. Ils ont reproché au prélat de leur avoir imposé en 2009 le conservateur Marian Eleganti comme évêque auxiliaire. Il y a deux semaines, ce dernier été rappelé à Coire pour reprendre la direction du séminaire des prêtres.

(ats)