Logements pour requérants

09 février 2019 22:54; Act: 09.02.2019 22:54 Print

Saleté, cafards dans le frigo et zéro sphère privée

Des requérants logés dans le canton d'Argovie se plaignent des conditions «catastrophiques» dans lesquelles ils vivent. Les autorités, elles, défendent leurs logements.

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai cru que nous étions en Suisse et pas en Asie.» Excédé, un requérant d'asile iranien a contacté nos confrères de «20 Minuten». Le jeune homme vit depuis huit mois dans un centre pour requérants à Oftringen (AG). Et selon lui, les conditions sont «catastrophiques».

Saleté, cafards dans le frigo et zéro sphère privée

«Nous vivons à quatre dans une toute petite chambre. Nous avons installé des tissus en guise de mur. Nous n'avons aucune sphère privée», raconte l'Iranien, dont la demande d'asile a été rejetée. Ses colocataires ont connu le même sort. Sur les images qu'il a fait parvenir à la rédaction, on voit des cafards se balader dans le frigo, des ustensiles de cuisine totalement rouillés, de la saleté sur les murs. Le jeune homme, qui signale aussi un chauffage défaillant, assure: «Nous faisons le ménage tous les jours!»

Leur logement ne dispose par ailleurs d'aucune possibilité de rangement. Toutes leurs affaires doivent être stockées soit au sol soit sur leur lit. Selon le réfugié, les conditions ont été signalées à plusieurs reprises aux autorités, mais en vain.

Stephan Müller, directeur de la section prise en charge et asile du canton d'Argovie, se défend: «Nous savons que le logement est un peu vieux. Mais nous rejetons les accusations selon lesquelles les requérants déboutés sont traités comme des humains de seconde classe.»

Des locaux «bien chauffés»

Il précise que le logement d'Oftringen accueille actuellement 35 personnes. Il nie que ces gens soient trop à l'étroit: «Le logement pourrait même en accueillir 55. Nous nous efforçons toujours de trouver des hébergements convenables.» Et d'ajouter: «Nous garantissons des locaux bien chauffés.»

Pour finir, Stephan Müller ajoute que des rénovations sont prévues au courant de cette année. Il concède que celles-ci sont nécessaires, mais tient à préciser: «C'est un fait que l'aménagement dans les logements pour requérants déboutés est plutôt simple afin de faire un peu pression.»

(bho/ofu)